La marque Monki s'engage contre la dysmorphophobie

La marque Monki s'engage contre la dysmorphophobie
Monki s'engage auprès de la Fondation BDD.

Petite soeur du géant H&M, la marque Monki se distingue par ses nombreuses actions visant à augmenter la confiance en soi et le bien-être des femmes. En cette fin d'année 2021, la griffe suédoise s'est associée à la Fondation BDD (Body Dysmorphic Disorder Foundation), afin de sensibiliser aux troubles dysmorphiques du corps (TDC).

Si tout le monde a des complexes corporels, certaines personnes en font une véritable obsession. Ce qu'elles perçoivent comme des défauts physiques prend alors tellement d'importance que cela cause des problèmes dans leur vie. Elles sont atteintes de troubles dysmorphiques du corps (TDC) ou dysmorphophobie.

Largement négligés et sous-diagnostiqués, les TDC sont au coeur de la bataille de la Fondation BDD. Cette dernière vient de recevoir un soutien de poids : celui de la marque Monki.

Une pétition adressée au Parlement européen

Sur ses réseaux sociaux et sur son site internet, la marque s'est engagée à partager des documents, liens et informations sur les TDC. Une initiative qui vise à sensibiliser la population et à encourager les personnes souffrant de dysmorphophobie à trouver de l'aide. Elle soutient aussi la pétition adressée par la Fondation BDD au Parlement européen, qui demande "une transparence totale sur les images modifiées publiées sur les réseaux sociaux". Son but : rendre obligatoire la mention de toute retouche de photo, pour que le public ne soit pas trompé par des images mensongères. De son côté, Monki est déjà transparente au niveau des retouches photos. Ses publicités font la part belle au naturel et aux physiques variés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.