Un éco-score arrive pour aider à choisir des cosmétiques plus écologiques

Un éco-score arrive pour aider à choisir des cosmétiques plus écologiques
Pour l'instant, seul l'impact sur l'environnement est pris en compte.

Si les consommateurs sont d'ores et déjà habitués au nutri-score affiché sur les produits alimentaires, ils pourront bientôt compter sur un éco-score appliqué aux cosmétiques. Par ce biais, il sera plus aisé de choisir les produits les moins nocifs pour l'environnement.

Quand il est question de sélectionner les meilleurs aliments, le consommateur peut s'appuyer sur les lettres A, B, C, D et E du nutri-score afin d'évaluer leur valeur nutritionnelle. Depuis près de cinq ans, ce système permet ainsi à tous les foyers de privilégier les options les plus saines et meilleures pour la santé. De plus, des applications comme Yuka ont poussé plus loin la quête du bon produit. Grâce à elles, il est possible d'analyser les cosmétiques également. Néanmoins, qu'en est-il de l'impact de leur production sur la planète ?

"Plus de transparence sur l'impact environnemental des produits cosmétiques"

Les cinq grands groupes de cosmétiques Henkel, L'Oréal et LVMH, Natura &Co ainsi que Unilever sont à l'initiative de l'établissement d'un éco-score. La notation mise en place ne sera pas basée sur des critères dermatologiques, mais plutôt sur l'origine des ingrédients, la fabrication des produits ou encore leur biodégradabilité. Dans un communiqué dévoilé le 20 septembre 2021, il est expliqué que le projet "vise à répondre à la demande croissante des consommateurs pour plus de transparence sur l'impact environnemental des produits cosmétiques". Il aurait donc pour objectif "d'améliorer les informations disponibles pour les consommateurs et de leur permettre de faire des choix de consommation plus durables".

D'emblée, l'hypothèse du conflit d'intérêt est écartée, car "la méthodologie, les bases de données et l'outil de ce système seront vérifiés par des auditeurs indépendants". D'ailleurs, les cinq grands groupes invitent même leurs confrères à les suivre, soulignant que l'ambition est "d'aboutir à un dispositif qui soit commun à l'ensemble des entreprises du secteur de la cosmétique". Une initiative qui amorce un pas supplémentaire vers du cosmétique durable.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.