Fashion histoire : tout sur l'origine des boutons

Fashion histoire : tout sur l'origine des boutons
Un temps, les femmes n'avaient pas accès aux boutons pour préserver leur vertu.

Le boutonnage de sa chemise, son gilet ou son pantalon est un geste ancré dans la vie de tous les jours. Mais d'où vient donc ce petit objet qui permet d'assembler deux pans d'un vêtement ? On vous dit tout de son histoire.

La naissance des boutons

Impossible d'arrêter l'identité du créateur des boutons. En effet, l'émergence de boutons remonte à la nuit des temps. Des premiers vestiges datent d'ailleurs de 2000 ans avant J.-C. Au musée du Louvre, il est ainsi possible d'admirer des petits coquillages percés et sculptés, soient les ancêtres des boutons. En Chine, à la même époque, il était question de boulettes de tissu ligaturé. Ces pièces remontant à la Rome antique ou à l'âge du bronze étaient encore très éloignées du petit objet sphérique que nous connaissons aujourd'hui. Celui-ci s'est imposé bien plus tard.

Boutons et mode

En France, le bouton est rapporté par les croisés revenus du Moyen-Orient, inspirés par les casaques boutonnées portées par les Turcs. C'est spécifiquement au XIVe que l'usage des boutons est répandu en Occident. Ils sont alors mis à profit pour sceller les manches des chemises notamment. Puisque les coupes plus ajustées et accentuant la silhouette sont mises à l'honneur - particulièrement sur ces messieurs - cet accessoire se popularise. D'ailleurs, les femmes sont - dans un premier temps - privées de l'emploi des boutons, par crainte que faciliter le déshabillage porte préjudice à leur vertu... Ce n'est qu'à la fin du XVIIe qu'elles mettent véritablement la main dessus, puis au milieu du XIXe que sa présence est généralisée dans la garde-robe féminine. Avec le temps, il devient même un objet de mode, notamment quand la redingote gagne le devant de la scène au XVIIIe siècle.

Longtemps, le bouton s'est développé sous plusieurs formes et matières... En effet, il pouvait s'agir de pièces sphériques comme ovales, faites en argent, en bronze ou encore en or. D'ailleurs, cet accessoire permettait aisément d'illustrer le rang social.

Boutons et rang social

Le bouton était bel et bien considéré comme un accessoire de mode luxueux. Certains boutons étaient d'ailleurs ornementés de pierre fines : ainsi, leur coût dépassait parfois même celui du vêtement lui-même. Par ce biais, il était alors possible de distinguer le rang social de la personne l'arborant. Dans la même lignée, les boutons portés par certains domestiques étaient ciselés aux armes de leur maître. Jusqu'à présent, le bouton n'a pas totalement perdu cette fonction. Bien évidemment, les moult modèles ornant les vêtements sont on ne peut plus démocratisés pour tous et pour toutes. Seulement, des pièces comme les boutons de manchettes restent affiliées à un certain prestige, renforcé par leur matière (en or, en argent...) ou par leurs ornements (une marque de luxe ou un noble blason familial, par exemple).

Les boutons aujourd'hui

Aujourd'hui, le bouton couvre les vêtements dans une multiplicité de formes. Il peut être fait en cuir, en ivoire ou même en porcelaine. Lors de la seconde moitié du XIXe siècle et au XXe siècle, le bouton est porté par les masses, notamment par le biais du bleu de travail. Dans le lot est inventé le bouton-pression, mais aussi la révolutionnaire fermeture éclair. Les grands couturiers finissent par mettre la main sur cet accessoire qui avait, à l'époque, perdu son côté noble et artisanal pour un usage bien plus populaire. Aujourd'hui, il reste polyvalent pouvant être accessible comme haut de gamme.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.