Fashion histoire : quelle est l'histoire du kimono ?

Fashion histoire : quelle est l'histoire du kimono ?
Le kimono est devenu un véritable accessoire de mode.

Le kimono est devenu un véritable accessoire de mode que les podiums s'arrachent et aiment adapter aux nouvelles tendances. Ce vêtement né au VIIe siècle au Japon fut un véritable témoin de l'évolution culturelle de son pays d'origine. Retour sur son histoire.

C'est au VIIe siècle que le kimono apparaît pour la première fois au Japon, alors que le pays est sous influence chinoise. D'abord prénommé le kosode, il est utilisé au départ comme sous-vêtement que les Japonais portent avec un pantalon, une jupe ou une grande veste large. Dans la haute aristocratie, il est recouvert de douze couches de vêtements superposées et cousues ensemble tous les matins.

Au VIIIe, durant la période Nara, les codes vestimentaires évoluent. Le kimono devient révélateur de classe sociale, avec des tissus de grande qualité pour les riches et moindre pour les plus pauvres. La période Heian (794-1185) marque la rupture diplomatique entre le Japon et la Chine, qui se répercute sur le kimono. À ce moment-là, il devient plus coloré et change en fonction des saisons, des occasions, mais aussi de l'âge de la personne et de son rang social.

Vient ensuite la période Kamakura (1185-1333) où il se pare d'une ceinture nommée Obi. Sa particularité ? Elle se porte au-dessus du traditionnel habit et s'attache à l'arrière en prenant soin de former un noeud. Résultat : le kimono commence à être considéré comme un vêtement du quotidien.

Le kimono et les femmes

Bien qu'il puisse aujourd'hui être porté par les hommes et les femmes, le kimono a une histoire toute particulière avec la gent féminine. Pendant la période Muromachi (1392-1573), les femmes de la haute société portent des kimonos épais pour les protéger du froid lors des cérémonies officielles. À partir de 1600 jusqu'en 1836 (période Edo), les femmes célibataires prêtes à se marier doivent porter le furisode, qui se caractérise par ses très longues manches. Mais il existe également le homongi, lui aussi réservé aux jeunes filles célibataires, et le yukata, qui est apparu un peu plus tard et que les femmes portent en général en été pour se rendre dans les bains d'eau chaude traditionnels japonais appelés onsen, ou tout simplement pour aller à la plage.

Le kimono et son ascension en Occident

Entre 1750 et 1850, dans la seconde moitié de l'ère Edo, le kimono se transforme et devient plus basique. Adieu les motifs extravagants et bonjour les motifs géométriques. Les excentricités disparaissent progressivement : les couleurs vives laissent place à des tonalités plus neutres.

Entre 1867 et 1912, correspondant à l'ère Meiji, le kimono va être marqué par l'influence occidentale. La tradition du port du kimono commence peu à peu à perdre sa signification et son importance. Il se transforme pour s'adapter aux Occidentaux et devient un vêtement aux lignes plus abstraites.

À l'ère Shôwa, au début du XXe siècle, il devient une pièce de luxe. Les Japonais n'ont plus les moyens de s'en offrir. Le kimono se fait rare, il est seulement loué pour les grandes cérémonies, avant qu'il redevienne une pièce phare au XXIe siècle, accessible à tous et sous différentes formes.

Quid du kimono d'aujourd'hui ?

Au Japon, le kimono continue d'être porté uniquement pour les grandes occasions. Toutefois, il est très présent en Occident, notamment sur les podiums des plus grandes maisons de luxe. D'ailleurs, en 2017, le musée Guimet a exposé 150 modèles de kimonos féminins appartenant à la collection Matsuzakaya. La même année, Christian Louboutin s'est inspiré des motifs de kimono pour créer des bottines. Mais c'est aussi des grandes enseignes qui s'en inspirent comme Kiabi, Pull and Bear ou encore Zara qui proposent des modèles à des prix raisonnables. Le cinéma s'empare aussi de ce vêtement et on pense bien évidemment à Obi-Wan Kenobi, incarné par Alec Guinness qui en portait un dans Star Wars de George Lucas.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.