Monsanto perd tous ses procès à cause de ses pesticides

par 90environnement

Rachetée par Bayer en 2016 et inventeuse du Roundup, Monsanto est devenue l'ennemie de la santé et de la planète pour beaucoup de personnes à travers le monde. Ses produits désherbants ont toujours suscité l'interrogation des scientifiques quant à leurs dangerosités pour l'environnement et pour l'homme. En 2018, Dewayne Johnson, un jardinier américain, attaque Monsanto en justice. Il l'accuse d'être responsable de son cancer du système lymphatique après avoir utilisé du Roundup et du RangerPro pendant deux ans. Bien que Monsanto nie catégoriquement les risques pour la santé, la justice américaine déclassifie en 2017 des documents internes de la marque. Ces derniers dévoilent que l'entreprise s'inquiétait dès 1999 de potentiels risques causés par le glyphosate, molécule présente dans ses désherbants. En 2004, un agriculteur français est intoxiqué par un autre herbicide de la marque, le Lasso. En avril 2019, Monsanto est finalement reconnue responsable après un ultime renvoi en cours d'appel. Le 27 mars 2019, l'entreprise subit un nouveau coup dur en étant condamnée par la justice à verser 80 millions de dollars à un retraité américain. Suite à ces nombreux revers dévastateurs pour la réputation de la marque, Bayer décide en 2018, de faire supprimer le nom Monsanto de ses produits. On dénombre aujourd'hui plus de 11 mille procédures portées à l'encontre de la marque rien qu'aux États-Unis.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.