Tourisme et environnement : les deux sont-ils incompatibles ?

Chargement en cours
Le tourisme n'est pas forcément incompatible avec l'environnement. Cela demande simplement de respecter ce qui vous entoure.
Le tourisme n'est pas forcément incompatible avec l'environnement. Cela demande simplement de respecter ce qui vous entoure.
1/2
© Adobe Stock, Daniel J

Aujourd'hui, de nombreux pays sont dépendants du tourisme et des revenus qu'il génère. Pourtant, beaucoup sont débordés par l'afflux de touristes qui se rendent quotidiennement sur différents sites. L'environnement est alors, à cause de la surfréquentation, dénaturée et dégradée. Alors les deux sont-ils incompatibles ? Zoom sur les différents arguments.

Depuis l'arrivée de la pandémie mondiale de la Covid-19, le milieu du tourisme connaît une grosse remise en question sur son rapport à l'environnement. La fermeture des frontières et l'interdiction des voyages de l'autre côté du globe ont en effet mis un coup d'arrêt à ce secteur qui tournait à plein régime depuis des années et permis à certains lieux naturels de souffler un peu. S'il possède de nombreux points positifs (des revenus pour de nombreuses destinations, améliorer les conditions de vie de nombreuses personnes grâce aux emplois qu'il crée, découvrir de nouvelles destinations...) ce secteur, qui était encore en pleine croissance avant l'année 2020, possède également une facette bien plus sombre, qui engendre parfois des conséquences importantes sur les lieux qu'il touche.

Des conséquences dramatiques sur le patrimoine naturel

À cause d'approches à court terme et de recherche de rentabilité, de nombreux lieux doivent désormais faire face au surtourisme, qui exerce une pression néfaste sur l'environnement. Il pousse à la surconsommation des ressources naturelles (eau, pêche...) dans des zones où celle-ci est une denrée précieuse. La déforestation, engendrée par la bétonisation des côtes pour accueillir de nouveaux espaces pour touristes, amène également le déséquilibre, voire la destruction d'écosystèmes locaux. De même, la pollution de l'air et des sols, générée par des touristes plus nombreux chaque jour et leurs déplacements (voiture, avion, croisière, bateaux de plaisance), nuit également à la biodiversité en effrayant les animaux ou en détruisant leur milieu naturel. Autant d'éléments qui poussent à penser que le tourisme tel qu'on le connaît aujourd'hui n'est pas compatible avec l'environnement.

Repenser le secteur et la façon de voyager

Pourtant, malgré ces points négatifs, tout n'est pas encore perdu. Le tourisme de masse, problème le plus épineux, commence à être repensé par de nombreux dispositifs, technologiques ou non. La ville de Venise a, par exemple, récemment interdit l'accès aux paquebots de croisière et limite les touristes en faisant payer leur entrée dans la ville. Un moyen comme un autre de contrôler la pollution et les déchets engendrés par ces derniers. De même, il est important de travailler la conscience environnementale des différentes populations pour éviter les excès et rendre la découverte d'autres lieux compatibles avec le tourisme, sans danger. Un touriste bien sensibilisé au sujet de l'environnement fera attention à son empreinte carbone et sera plus attentif quant aux choix de ses activités lorsqu'il est en vacances. À l'avenir, avec le tourisme durable, de nombreux progrès pourraient bien être faits.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.