Tourisme animalier : pourquoi faut-il y faire très attention ?

Chargement en cours
Les animaux sauvages sont souvent drogués pour se plier aux volontés des touristes.
Les animaux sauvages sont souvent drogués pour se plier aux volontés des touristes.
1/2
© Adobe Stock, Savory

Le tourisme animalier est un marché particulièrement lucratif, qui attire des personnes en quête d'exotisme. Participer à un safari, rencontrer des titres, se balader à dos d'éléphant... Des activités tentantes sur le papier, mais qui cachent parfois des maltraitances animales.

La perspective de rencontrer des animaux exotiques dans un cadre sécurisé continue à séduire des milliers de personnes chaque année. Mais plus le temps passe, plus ces pratiques font également polémique, et ce à juste titre selon l'ONG World Animal Protection (WAP), qui estimait en 2019 que le tourisme animalier représentait un chiffre d'affaires de 250 millions de dollars (environ 225 millions d'euros, à l'époque). Le tout au détriment du bien-être des animaux en question : "On estime qu'à l'échelle mondiale, le tourisme animalier condamne quelque 550.000 animaux sauvages à une souffrance généralement invisible", affirme le rapport.

Des animaux drogués et mal nourris

En effet, pour permettre aux touristes d'approcher des animaux sauvages et dangereux, ces derniers sont généralement soit soumis à des maltraitances animales comme des dressages punitifs et douloureux, soit purement et simplement drogués pour se laisser manipuler sans risque par des voyageurs en quête d'une photo inoubliable. Les animaux, léthargiques, sont également souvent mal nourris, pour saper leurs forces. Et parfois même victimes de mutilations, telles que le retrait des griffes ou des dents pour éviter des blessures potentielles.

Les bébés animaux font quant à eux office d'adorables petites peluches, mais sont retirés à leur mère dès leur plus jeune âge, souvent sans même être sevrés, ce qui va avoir un impact certain sur leur santé future. En Asie, la situation des éléphants inquiète d'ailleurs particulièrement les défenseurs de la cause animale, puisqu'il a été prouvé à plusieurs reprises que le fait de les utiliser comme monture représentait un stress énorme, d'autant que les méthodes de dressage de ces majestueux animaux sont particulièrement brutales.

Comment éviter les maltraitances en faisant du tourisme animal ?

La liste est longue, et si l'on parle souvent des ravages du tourisme animalier sur les félins, et notamment les tigres, ces derniers ne sont pas les seuls concernés. En Amérique du Sud, un rapport de 2017 dénonçait l'impact des captures sauvages sur la population de paresseux. Les singes, les dauphins, mais aussi les serpents et les hiboux sont également extraits de leur habitat naturel pour le plus grand plaisir des touristes... Et l'enrichissement de ceux qui les exploitent.

Partout dans le monde, des associations et ONG appellent donc les voyageurs à bien se renseigner avant de participer à une activité impliquant des animaux sauvages. Par ailleurs, Wildlife Selfie Code recommande aux touristes de refuser les photos avec des animaux "enchaînés, portés dans les bras, appâtés avec de la nourriture ou menacés de blessures." Un bon moyen d'assurer leur sécurité comme la vôtre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.