Pourquoi l'industrie brassicole devient-elle plus green ?

Chargement en cours
Les déchets d'orge sont est une vraie mine d'or !
Les déchets d'orge sont est une vraie mine d'or !
2/2
© Adobe Stock, serhiibobyk

Vous faites indéniablement partie des amateurs de bière ! Mais avez-vous déjà été regardant sur son empreinte écologique ? À y regarder de plus près, il est légitime que l'industrie brassicole devienne plus verte. Découvrez pourquoi en quelques lignes !

Pourquoi l'industrie brassicole est-elle polluante ?

Si la bière* est une boisson issue de matières premières naturelles, elle reste montrée du doigt. La cause ? Son empreinte écologique demeure encore trop importante, car la production de bière nécessite d'abord une très grande quantité d'eau. L'industrie brassicole a d'ailleurs grandement utilisé l'eau des cours d'eau et des rivières par le passé. Certes, l'eau est le composant principal de la bière, néanmoins, pour réaliser 1 litre de bière, 10 litres d'eau environ sont requis dont la grande majorité est déversée dans les égouts. Il peut arriver que certaines eaux usées et non traitées présentes dans les eaux de surface soient à l'origine de pollution . Certaines étapes entrant dans la fabrication de la boisson dorée ou ambrée comme le brassage demandent l'utilisation d'eau. Mais la production de bière n'impacte pas uniquement cette ressource... L'énergie consommée à travers le chauffage, le refroidissement ou la stérilisation s'avère importante, les déchets et sous-produits comme la drêche (déchets issus de l'orge) sont jetés et le coût énergétique du transport de bouteilles de bière est un autre vecteur de pollution.

Face à la demande, l'industrie brassicole doit faire face et se renouveler pour moins polluer. Mais comment ?

Comment l'industrie brassicole devient-elle plus green ?

La France est le premier pays d'Europe en nombre de brasseries, d'où l'importance de réduire son empreinte carbone ! Pour réduire la consommation d'eau, certaines brasseries se sont mises au vert en installant leurs propres stations d'épuration leur permettant de récupérer l'eau. Elle leur servira à nettoyer les cuves. Elles investissent également dans des cuves de décantation qui seront par la suite nettoyées par des sociétés d'assainissement.

L'industrie brassicole passe également peu à peu à l'énergie verte comme l'éolien, le solaire ou la biomasse, entraînant alors une réduction de son énergie.

Pour limiter l'impact lié au transport, les brasseries n'hésitent plus à commander leurs matières premières en plus grandes quantités et tentent de faire fonctionner les moyens de transport dont la pollution est moindre comme le train ou le transport fluvial.

La drêche fait également l'objet de bien des initiatives ! Elle est désormais souvent valorisée (et localement !) : alimentation animale, compostage ou méthanisation. Mais ce n'est pas tout ! Ce déchet est une mine d'or qui peut être réduite en farine pour la réalisation de pains ou de biscuits, elle est intégrée à des produits cosmétiques et fait même l'objet d'une revalorisation pour créer des tabourets. Si toutes les brasseries ne peuvent se mettre totalement au vert, le secteur est en marche et les efforts, bien visibles !

*L'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.