Pénurie d'eau : pourquoi la sécheresse est-elle une préoccupation écologique ?

Chargement en cours
D'ici 2030, c'est environ 470 millions de personnes qui manqueront d'eau.
D'ici 2030, c'est environ 470 millions de personnes qui manqueront d'eau.
1/2
© Adobe Stock, scharfsinn86

La situation est grave. D'après les chercheurs du World Resource Institute, la planète s'achemine vers une importante pénurie d'eau. D'ici 2030, c'est environ 470 millions de personnes qui en manqueront. Un épuisement qui n'est pas sans conséquences. On vous explique.

Surnommée la planète bleue, avec une composition d'eau à hauteur de 71%, il est difficile de penser qu'une pénurie se creuse sur la Terre. Pourtant, d'après un rapport de World Resources Institute, publié le 6 août 2019, la situation est alarmante : "Plusieurs pays représentant un quart de la population mondiale sont de plus en plus confrontés à la perspective de manquer d'eau." Toujours d'après l'étude, dix-sept pays à travers la planète se trouvent actuellement en situation de "stress hydrique extrêmement grave". Autrement dit, ils consomment presque la totalité de l'eau dont ils disposent. En 2018, lors du 8e forum international de l'eau, l'ONU a souligné qu'en 2050, 5,7 milliards d'êtres humains pourraient vivre dans des régions sans eau au moins un mois par an.

Quels sont les dangers d'une pénurie d'eau ?

L'ONU estime que de 1998 à 2017, au moins 1,5 milliard de personnes ont été touchées par les sécheresses, menant à une perte de 124 milliards de dollars dans le monde. La pénurie d'eau entraîne la mort du bétail, les mauvaises récoltes et par conséquent la faim et même des conflits.

Une réalité dont souffrent déjà de nombreuses populations à travers le monde. À Madagascar, on recense plus d'un million de personnes qui se trouvent dans une situation d'insécurité alimentaire aiguë liée à la pire sécheresse que le pays ait connue depuis 40 ans. D'après l'ONU, il serait le premier pays à connaître la famine à cause du réchauffement climatique. En 2021, c'est au tour du Brésil d'émettre sa première alerte sécheresse depuis un siècle. Le manque de pluie dans le pays est très préoccupant et menace l'approvisionnement en électricité des terres qui sont très dépendantes des centrales hydroélectriques. Une situation qui met en péril l'industrie agricole brésilienne qui représente un tiers du PIB du pays.

La pénurie d'eau provoque également des révoltes entres les populations. En 2019, des experts ont levé le voile sur Chennai en Inde : l'eau en voie de disparition a créé de violentes émeutes. Un homme s'en est pris à six personnes en les poignardant pour les empêcher de prendre plus de bidons d'eau qu'autorisés par les autorités. Depuis ces dix dernières années, les conflits au coeur de la ville sont de plus en plus fréquents en passant d'une vingtaine en 2010 à plus de 70 en 2018.

Quelles sont les solutions en cas de sécheresse ?

Malheureusement, il est presque impossible de mettre fin à la sécheresse. Mais on peut contribuer quotidiennement au bien-être de la planète. Pour faire face à la sécheresse, les préfets sont dans l'obligation de prendre des mesures de restrictions sous forme d'arrêtés "sécheresse" en cas de grosse chaleur. À ce jour, il existe 4 niveaux de limitation : vigilance, alerte, crise et crise renforcée. Les mesures varient suivant le degré d'alerte et s'adaptent aux différents usagers : domestique, agricole, industriel. Elles peuvent faire l'objet d'une interdiction à l'arrosage de son jardin, au lavage de sa voiture, au remplissage de sa piscine...

Chez vous, il est essentiel de repenser votre consommation d'eau : prenez une douche plutôt qu'un bain, réparez toute fuite d'eau, installez des équipements sanitaires économes en eau, limitez la consommation de produits qui demandent beaucoup d'eau... Des petits gestes qui feront la différence.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.