Le ski a-t-il un impact écologique sur la faune ?

Chargement en cours
Les déplacements en voiture pour se rendre au ski sont particulièrement néfastes.
Les déplacements en voiture pour se rendre au ski sont particulièrement néfastes.
1/2
© Adobe Stock, fix25

Chaque hiver, les stations de ski sont envahies par les vacanciers déterminés à passer du bon temps. Sports d'hiver, soirées enivrées et balades en luge animent alors les lieux pendant plusieurs semaines. Malheureusement, ce type de loisirs coûte beaucoup à l'environnement, et on vous explique pourquoi.

La pollution du milieu naturel

Avant même qu'il soit question de leur présence sur les lieux, soulignons que la majorité des vacanciers utilisent leur voiture pour se rendre en station de ski. Selon une étude oeuvrée par l'Association nationale des maires de stations en montagne (ANMSM) et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) en 2009, ces déplacements seraient à l'origine de 57% des émissions de gaz à effet de serre dans les communes abritant des stations, dont 63% sont directement causés par les visiteurs.

Sur place, les logements sont eux aussi de véritables générateurs de pollution. Les habitations sont généralement mal isolées ; toutefois, les chauffages sont exploités avec abondance en période hivernale. En parallèle, l'enneigement artificiel des pistes demeure on ne peut plus problématique. Il retarde non seulement - de près de trois semaines - le réveil de la végétation à l'arrivée du printemps, mais exploite aussi une dense quantité d'énergie et d'eau. En effet, 4000 m3 d'eau - principalement prélevée dans les lacs et les rivières - sont nécessaires pour le traitement d'un hectare. S'ajoutent à ces points l'importante production de déchets, d'autant plus pérennes à ce niveau d'altitude. N'oublions pas, par ailleurs, la pollution des ruisseaux notamment provoquée par l'écoulement des eaux des parkings. Résultat : les animaux sont eux aussi affectés.

Les animaux ne sont pas en reste

Si la présence d'animaux est rare sur les pistes de ski, c'est tout simplement parce que leur habitat naturel est envahi et mis à mal par ces structures. Les forêts sont effectivement diminuées au profit des stations, tandis que la pratique du hors-piste accentue davantage la perturbation de l'équilibre naturel. Sachez que la menace de la faune sauvage est également nourrie par les nuisances sonores engendrées par les voix humaines et les remontées mécaniques entre autres éléments. La pollution lumineuse joue aussi son rôle, encourageant un peu plus les bêtes à quitter ces zones accaparées par les hommes. Cependant, de plus en plus de stations tentent d'évoluer pour le mieux.

Et les stations écologiques ?

En France, il existe six stations détentrices du label vert, justifié par leurs actions concrètes pour l'environnement. D'autres sont certifiées Green Globes ou primées par le trophée Cimes Durables. Mais quelles sont les initiatives motivant l'obtention de ces titres ? Certaines d'entre elles mettent à disposition le bus et le train gratuitement pour éviter l'emploi répété des voitures. Plusieurs stations, elles, puisent dans l'énergie verte, mettent en place l'optimisation de l'éclairage pour réduire la pollution lumineuse, installent des toilettes sèches ou distribuent des cendriers de poches par prévention. N'hésitez donc pas à être attentif à ces labels avant de faire vos bagages cet hiver !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.