Comment sont traités les déchets radioactifs ?

Chargement en cours
Plusieurs solutions ont été adoptées pour traiter les déchets radioactifs.
Plusieurs solutions ont été adoptées pour traiter les déchets radioactifs.
1/2
© Adobe Stock, studio v-zwoelf

En France, le nucléaire s'érige comme la principale source d'électricité. Malheureusement, la planète en pâtit. Comment sont traités les déchets produits ? On vous explique tout.

Les déchets radioactifs, c'est quoi ?

Lorsque vous faites appel à l'électricité en allumant vos lumières, en faisant cuire vos plats ou en passant l'aspirateur, sachez que sa principale source est le nucléaire. Malheureusement, cette dernière génère une importante quantité de déchets radioactifs et beaucoup ignorent leur dangerosité.

Pour être plus clair, des éléments comme des gravats, des outils ou des vêtements usagés sont susceptibles de devenir des déchets radioactifs dès lors qu'ils émettent des rayonnements. Bien sûr, ils se révèlent nocifs pour la planète comme pour les hommes. Qu'il soit question de déchets dits "à vie courte" ou" à vie longue", ils ont besoin de trois-cents à des centaines de milliers d'années pour totalement perdre leur radioactivité. Mais par qui et de quelles manières sont-ils traités ?

Qui les traite ?

En 1979, l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a été créée. Son objectif ? Œuvrer pour trouver des solutions destinées à gérer les déchets radioactifs en France.

Les producteurs, eux, doivent fournir le financement consacré à la gestion de ces déchets, selon le principe du "pollueur-payeur". Ainsi, ce sont les 1200 producteurs français de déchets radioactifs qui aliment les fonds afin de les isoler jusqu'à ce que leur radioactivité ne représente plus de risques ni pour l'environnement ni pour l'homme. Plusieurs processus ont donc été mis en place à cette fin.

Quels processus sont mis en place ?

Dans un premier temps, c'est l'immersion dans l'océan qui a été adoptée par plusieurs pays dès la Seconde Guerre mondiale. Le procédé ? Les déchets radioactifs étaient bétonnés ou enfermés dans des fûts, puis plongés au fin fond du Pacifique, de l'Atlantique et ou de l'Arctique. Jusqu'à aujourd'hui, les déchets immergés demeurent dans les océans. La France spécifiquement a été associée à deux de ces opérations pour un total de 14200 tonnes et de 3200 tonnes immergées entre 1967 et 1982.

Tournant le dos à l'immersion, la France a ensuite misé sur des solutions impliquant un traitement à terre. Sont ainsi nés les centres de stockage, dont celui de la Manche bâti en 1969. Au sein de ces établissements, après avoir fait l'objet de traitements - tels que l'incinération ou la vitrification - les déchets sont bloqués dans des conteneurs en béton ou en acier. Par la suite, ils sont confinés dans des ouvrages de stockage en béton armé. In fine, ils sont couverts de couches naturelles, incluant l'argile, pour les protéger des intempéries notamment.

En revanche, les déchets les plus dangereux - appelées HA - se singularisent par leur température élevée (350°C environ). Au-delà de leur radioactivité, il faut aussi compter une soixantaine d'années pour que leur température décroisse. Ainsi, ils sont spécialement conservés dans des piscines refroidies avant d'être placés dans des puits de béton.

Jusqu'à aujourd'hui, plusieurs projets voués à améliorer le traitement des déchets radioactifs sont considérés. À votre échelle, pour réduire leur production, pensez à baisser votre consommation en électricité au quotidien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.