Comment le Mont-Blanc a-t-il perdu 3 mètres d'altitude en 10 ans ?

Chargement en cours
Le réchauffement climatique pourrait sur le long terme avoir des conséquences sur l'altitude du Mont-Blanc.
Le réchauffement climatique pourrait sur le long terme avoir des conséquences sur l'altitude du Mont-Blanc.
1/2
© Adobe Stock, Bergfee

Si à l'école certains n'aimaient pas trop les chiffres, on s'est tous amusés à apprendre l'altitude des différents sommets. Mais attention, concernant le Mont-Blanc, il va falloir se mettre à jour. En effet, sa hauteur varie à chaque nouvelle mesure. En dix ans, il aurait même perdu 3 mètres. Explications.

Mesuré mi-septembre 2021, le Mont-Blanc affichait 4 807,81 mètres de hauteur, comme l'a annoncé l'Ordre des experts géomètres, mercredi 29 septembre. Pour le plus haut sommet d'Europe occidentale, ce la représente un mètre en moins qu'en 2017 et plus de trois mètres par rapport à 2010, selon les scientifiques. Des mesures essentielles que les experts effectuent depuis 2001 et ce tous les deux ans. Lors de leur mission de trois jours quelque peu périlleuse, ils sont munis de capteurs liés à des satellites afin de modéliser la calotte glaciaire. Le but est de fournir une banque de données précises et fiables qui pourra être transmise aux générations futures.

En 2017, l'altitude du Mont-Blanc était de 4808,72 mètres, en baisse par rapport à celles des années précédentes. Il faudra attendre 2019 pour constater que le sommet ne faisait que s'affaisser avec une mesure de 4 806,03 mètres, qui n'avait pas été rendue publique. En effet, les géomètres ont préféré attendre celle de 2021 pour y trouver un peu plus d'explications pédagogiques et scientifiques.

C'est en 2010 que le sommet du Mont-Blanc a été au plus haut, atteignant 4 810,90 mètres, très proche des mesures de 2001 qui s'élevaient à 4810,40 mètres, selon les chiffres de l'Ordre des experts géomètres. Conclusion : les chiffres montrent une décrue de la hauteur du sommet d'une moyenne de 13 centimètres par an, et ce depuis 2001.

Les vents et la pluie sont-ils la cause de cet abaissement du sommet ?

La variation des chiffres est liée à la couche des neiges dites "neiges éternelles". Cette calotte de glace et de neige mesure environ 15 mètres et varie donc en fonction des vents d'altitude et des précipitations. Plus les précipitations sont fortes et le vent faible, plus la neige s'accumule en altitude. En hiver, le vent est plus violent que l'été et rabote ainsi davantage la neige qu'à la belle saison. Les experts se posent alors la question de savoir si la taille du Mont-Blanc varie plus au cours d'une même année ou d'une année sur l'autre. Afin de connaître la mesure exacte de la calotte sommitale, les spécialistes enlèvent 40 à 50 centimètres de couche de neige fraîche sur le sommet afin de donner une mesure exacte du point sommital de la glace. Il y a également le point sommital rocheux, qui en 2021 s'élève pour le Mont-Blanc à 4792 mètres, soit trois millimètres de plus que l'an dernier. Un chiffre que les experts géomètres expliquent par le soulèvement tectonique continu du massif.

Le Mont Blanc est-il victime du dérèglement climatique ?

Bien que le Mont-Blanc connaisse une baisse moyenne de son altitude depuis 2001, les scientifiques ne veulent pas tirer de conclusion trop hâtive sur des mesures réalisées uniquement depuis l'an 2000. Pour les experts géomètres, c'est aux climatologues et aux glaciologues d'analyser les données recueillies afin de savoir s'il y a un lien entre l'affaissement de l'altitude et la crise climatique. De plus, du haut du Mont Blanc, le réchauffement de la planète n'a pas vraiment d'incidence sur la taille du sommet, qui dépend uniquement des chutes de neige et du vent. Toutefois, la hausse des températures pourrait sur le long terme avoir un impact sur la fonte de la neige sommitale durant l'été. Les scientifiques ont déjà constaté que l'arc alpin était touché par la crise climatique. La Mer de Glace, l'un des plus importants glaciers, a reculé d'environ deux kilomètres depuis 1850. Le glacier qui se trouve dans le massif du Mont Blanc a également perdu 120 mètres d'épaisseur au cours du dernier siècle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.