Climat : qu'est-ce que les émissions de CO2 importées ?

Chargement en cours
Les émissions importées sont liées à des produits utilisés dans un pays mais fabriqués à l'étranger.
Les émissions importées sont liées à des produits utilisés dans un pays mais fabriqués à l'étranger.
1/2
© Adobe Stock, Алексей Филатов

Depuis l'année 1990, les émissions françaises de gaz à effet de serre (GES) ont baissé de 16% selon un rapport du Haut Conseil pour le Climat (HCC) publié en octobre 2020. Toutefois, ce chiffre ne permet pas de se rendre compte de l'évolution des émissions importées. Et de leur côté, ces dernières ont considérablement augmenté.

Les émissions importées en forte hausse

La France a pour objectif de réduire de 40% ses émissions directes de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à l'année 1990, puis d'atteindre la neutralité carbone en 2050. En octobre 2020, et toujours avec 1990 pour référence, la baisse était de 16% seulement. D'après le HCC (un organisme indépendant en charge d'évaluer la mise en oeuvre des politiques de la France en matière de climat), les "émissions liées à la demande intérieure française produites sur le territoire national" ont chuté de 30% depuis 1995. Mais dans le même temps, les émissions importées du pays ont bondi de 78%, passant de 3,6 à 6,4 tonnes d'équivalent CO2 par habitant. Ces dernières, en effet, ne sont pas soumises aux politiques nationales. Et cette "face cachée" des émissions de gaz à effet de serre pourrait compromettre les objectifs fixés par la France pour le climat.

Que signifie cette augmentation ?

La contribution de la France au changement climatique ne se résume pas aux émissions de GES faites sur son territoire. Le HCC comptabilise trois autres sources :

• Les émissions exportées, qui sont émises sur le territoire mais liées à une production pour l'étranger.

• Les émissions liées aux transports internationaux, maritime et aérien, à destination ou au départ de la France.

• Et les émissions importées, qui sont émises à l'étranger pour des produits ou des services consommés en France.

Pour l'organisme, les deux premières sont assez stables mais la troisième source est problématique puisqu'elle a considérablement augmenté. Témoignant de la mondialisation mais aussi du déclin industriel de la France et d'une surconsommation, la hausse des émissions importées signifie que les Français consomment de plus en plus de bien fabriqués à l'étranger. Certes leurs prix sont plus bas, et certes les gaz à effet de serre émis dans l'Hexagone n'augmentent pas. Mais au final, la pollution est juste délocalisée au lieu d'être diminuée. Le problème est déplacé.

Comment réduire le poids de nos émission importées ?

Toujours d'après le Haut Conseil pour le Climat, plus de 18% des émissions importées de la France proviennent de l'Union européenne avec l'Allemagne comme premier pays, suivi de l'Espagne et de l'Italie. La Chine est la deuxième source d'émissions importées du pays (18%) suivie du reste de l'Asie (17%). Pour diminuer l'impact des importations dans l'empreinte carbone de la France, le HCC a proposé plusieurs pistes comme l'instauration d'une taxe carbone aux frontières ou d'un score carbone sur les produits. Reste aussi à convaincre les autres pays de durcir leurs engagements pour le climat. Pour Corinne Le Quéré, présidente du HCC, "si les autres pays ont une trajectoire de réduction des émissions qui va vers la neutralité carbone, les émissions liées à nos importations diminueront automatiquement".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.