Black Friday : un événement désastreux pour la planète ?

Chargement en cours
Le Black Friday est synonyme de promotions mais aussi de surconsommation.
Le Black Friday est synonyme de promotions mais aussi de surconsommation.
1/2
© Adobe Stock, Andrey Popov
A lire aussi

Venu des États-Unis, le Black Friday (ou Vendredi noir) a désormais gagné la France, principalement sur Internet. Ce jour de soldes, qui lance la période des achats de Noël, est l'occasion de faire de bonnes affaires, notamment sur des produits rarement soldés, comme les smartphones ou les ordinateurs. Mais il est également synonyme de surconsommation et n'est pas sans conséquence sur la planète. Explications.

"Pour les personnes qui n'ont pas de pouvoir d'achat, la possibilité d'acheter quelque chose qui est une nécessité à un prix réduit est évidemment un avantage. Mais pour d'autres personnes ayant suffisamment d'argent, cela ne fait que perpétuer une société axée sur la consommation, ce qui a un effet néfaste sur l'environnement", déclarait Nicholas Ashford, professeur de technologie et de politique au MIT, à National Geographic en novembre 2018. Lors du Black Friday, qui a traditionnellement lieu juste après Thanksgiving (il vient cependant d'être repoussé en France pour ne pas pénaliser les commerçants fermés en raison du Covid), tout est mis en oeuvre pour pousser à la consommation : rabais XXL, publicités dans les boîtes aux lettres et les boîtes mails... Résultat : des achats à outrance qui augmentent la pollution et diminuent nos ressources naturelles.

Produire plus pour vendre plus

Le textile et les nouvelles technologies sont les secteurs qui profitent le plus du Black Friday. Or, ces deux industries sont réputées pour être polluantes. "Il faut, par exemple 70 kilos de matières premières pour fabriquer un smartphone de 70 grammes et 11 000 litres d'eau sont nécessaires pour fabriquer un seul jean", rappelle le site OneHeart. Par ailleurs, à la différence des soldes classiques, les marques profitent peu du Black Friday pour écouler leurs stocks. Elles produisent plus en amont, de sorte à vendre plus le jour J, ce qui a donc des conséquences sur l'environnement.

Le grand ballet des colis du Black Friday

Les promotions du Black Friday n'étant valables qu'un seul jour, le consommateur est poussé à acheter sans réfléchir. La plupart des transactions étant réalisées sur Internet, les livraisons de colis se multiplient... et les retours aussi ! En 2018, une étude menée par Greenpeace en Allemagne révélait qu'environ un quart des colis étaient "renvoyés à l'expéditeur par les consommateurs de moins de 30 ans", comme le relayait LCI. Chaque produit acheté en ligne génère de la pollution lors de son transport par camion ou fourgon, et celle-ci est multipliée par deux dans le cas d'un retour.

La pollution numérique également à prendre en compte

Enfin, il est toujours bon de rappeler que nos comportements sur Internet ont aussi une influence sur le climat. "Un email c'est 0,15 gramme de CO2, si on additionne ces milliards de mails on arrive à une empreinte carbone considérable", expliquait le chercheur François Gemenne en novembre 2019 sur Europe 1.

Au vu de ces conséquences, des entreprises et associations ont créé le collectif Green Friday, qui se présente comme une alternative au Black Friday. Elles s'engagent à ne proposer aucune réduction ce jour-là mais à reverser 10% de leur chiffre d'affaires à des associations oeuvrant pour une consommation plus responsable.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.