Arrêt des fruits et légumes sous plastique en 2022 : pourquoi ce n'est pas écolo

Chargement en cours
Bientôt, les emballages plastiques pour certains fruits et légumes seront inexistants en France !
Bientôt, les emballages plastiques pour certains fruits et légumes seront inexistants en France !
1/2
© Adobe Stock, Pavel Losevsky

Le 1er janvier 2022 ne symbolise pas uniquement l'entrée dans la nouvelle année. Elle marque également l'arrêt des emballages plastiques qui conditionnent certains fruits et légumes. Focus sur cette petite révolution en faveur de l'écologie pour mieux comprendre pourquoi ils ne sont pas écolos !

De quand date la décision de stopper les emballages plastique pour protéger les fruits et légumes ?

Vous ne pourrez bientôt plus acheter de concombres, de pommes ou de brocolis sous cellophane. La loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire a prévu de "changer les modèles de production et de consommation afin de réduire les déchets et préserver les ressources naturelles, la biodiversité et le climat". Elle s'est inscrite dans la lignée de la charte de l'environnement engagée en 2004. Cette loi a permis d'amorcer plusieurs virages en 2021 comme l'interdiction des pailles et des cotons-tiges en plastique, des boîtes en polystyrène ou encore la possibilité d'apporter ses propres contenants dans les commerces. Et ce n'est pas terminé !

Le décret du 8 octobre dernier vient spécifier l'arrêt des emballages plastiques autour de certains fruits et légumes non transformés et en a établi des listes. Ainsi, les tomates, les oignons et navets primeurs, les choux de Bruxelles, les haricots verts, le raisin, les pêches, les nectarines et les abricots sont exemptés jusqu'au 30 juin 2023. Mais le listing ne s'arrête pas là et d'autres fruits et légumes considérés "fragiles" ou "mûrs à point" seront peu à peu conditionnés autrement. L'objectif est que le 30 juin 2026, les emballages plastique soient inexistants des étalages en grandes surfaces et sur les marchés.

Pourquoi décider d'arrêter le conditionnement sous plastique ?

Il faut savoir que 37% des fruits et légumes vendus aujourd'hui en France le sont sous emballage plastique. Ce matériau est devenu le plus produit par l'homme depuis les années 1960 et la demande s'accroît encore. Or, si certains types de plastiques sont recyclables, 50% ne le sont pas ou alors difficilement. En France, le Gouvernement estime qu'entre 24 et 26% des déchets plastiques sont recyclés. Néanmoins, il ne faut pas oublier que 80% de ceux retrouvés en mer sont d'origine terrestre (dont presque 50% issus d'objets à usage unique) et qu'entre 5 et 13 millions de tonnes par an s'y ajoutent. Les conséquences du plastique sur l'environnement sont désastreuses. Il se désagrège en plus de 4 siècles et contamine toute la chaîne alimentaire. Selon WWF, ce sont 150 millions de tonnes de plastique qui navigueraient dans les mers et océans aujourd'hui, sans compter celles déversées sur terre.

En plus de l'impact déplorable sur la nature, les résidus se retrouvent avalés par les animaux marins comme les tortues, les baleines, les phoques et les oiseaux, mais aussi les poissons et les mollusques. Ces microplastiques sont dont également ingérées par l'homme et se retrouvent dans l'organisme. Autant de raisons valables pour réduire la présence de ce matériau dans nos vies et contribuer à laisser un monde plus propre !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.