Provenance des fleurs : pourquoi y prêter plus attention ?

Chargement en cours
Les fleurs achetées en France viennent généralement du bout du monde.
Les fleurs achetées en France viennent généralement du bout du monde.
1/2
© Adobe Stock, Prostock-studio

Offrir des fleurs est un geste assez classique, mais qui fait toujours plaisir. Roses pour la Saint-Valentin, orchidées pour un mariage, gros bouquet pour un anniversaire ou simplement pour faire plaisir... Les fleurs donnent le sourire à tout le monde. Mais il faut toutefois faire attention à un détail bien particulier : leur provenance, pour éviter un bilan carbone des plus élevés.

Savez-vous d'où viennent les fleurs qui parfument les étals des fleuristes français ? Si votre réponse est "de France", vous vous trompez malheureusement. Si l'Hexagone est un pays particulièrement fleuri, ce n'est pas pour autant qu'il est à l'origine de la très grande majorité de la production de fleurs vendues en France.

D'où viennent les fleurs qui égayent nos bouquets ?

La Saint-Valentin est sans doute la période de l'année la plus faste pour les fleuristes, et les bouquets de roses se multiplient sur les étalages. Mais ces dernières ne viennent pas de France. Elles sont généralement cultivées en Hollande, en Colombie, au Kenya ou encore en Équateur. Les roses d'Équateur font même partie des plus populaires puisqu'elles sont plus résistantes, plus larges et plus riches en couleurs.

85% des fleurs coupées vendues en France proviennent en réalité de l'étranger. Certaines viennent d'Europe, et notamment de Hollande, grand producteur de fleurs à bouquets. Mais elles peuvent également venir d'Amérique du Sud ou encore d'Afrique, des pays qui se sont spécialisés dans la culture de fleurs depuis plusieurs décennies.

C'est normal, ces pays sont situés près du parallèle zéro, où l'ensoleillement est à son paroxysme : les conditions idéales pour cultiver de magnifiques fleurs qui feront des bouquets de qualité... D'autant que ces pays sont malheureusement également connus pour leur main d'oeuvre bon marché, qui travaille dans des conditions difficiles au quotidien.

Pourquoi la provenance des fleurs compte

Avant d'arriver sur le marché français, ces fleurs parcourent donc plusieurs milliers de kilomètres en avion, en bateau ou en camion. Il s'agit donc d'un produit qui est loin d'être en circuit court, et qui pèse son poids sur le bilan carbone de la personne qui les achète. Au même titre qu'il faut faire attention à la provenance des fruits et légumes et privilégier les produits locaux, l'idéal serait donc de faire la même chose avec les fleurs.

Autre problème : les cultivateurs de fleurs de ces pays et leurs employés travaillent généralement dans des conditions sociales et sanitaires terribles, avec des salaires faibles et peu ou pas de protection contre les différents désagréments qu'ils subissent (utilisation d'engrais et de désherbants toxiques, risque de tétanos, etc). Alors, la prochaine fois que vous aurez envie d'offrir des fleurs, n'hésitez pas à vous renseigner sur leur provenance pour privilégier un circuit court, plus écologique, plus économique, et surtout : plus humain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.