Poisson : comment lutter contre la surpêche à son échelle ?

Chargement en cours
Pour lutter contre la surpêche, commencez par repenser votre consommation de poisson.
Pour lutter contre la surpêche, commencez par repenser votre consommation de poisson.
1/2
© Adobe Stock, pressmaster

Aujourd'hui, l'écologie et l'environnement sont de plus en plus au coeur des débats politiques et sociétaux. Parmi les grandes lignes d'actions futures, la surpêche s'érige probablement comme étant l'unes des priorités. Si les industriels sont aujourd'hui soumis à certains règlements, la plupart des particuliers, eux, continuent d'agir comme si de rien n'était. Pourtant, il est possible - et vivement conseillé - de lutter contre ce fléau grâce à quelques gestes quotidiens.

À notre petite échelle, il est parfois difficile de comprendre que l'on peut aussi participer à changer les choses pour l'environnement. Pourtant c'est la vérité. Dans la plupart des cas, il suffit simplement de repenser sa consommation. C'est le cas pour la surpêche, même si d'autres solutions existent également. Explications.

Mieux penser notre consommation de poisson

C'est l'axe principal de cette lutte ! Pour lutter contre la surpêche, il convient avant tout de repenser sa consommation quotidienne de poisson. En effet, tant que la demande est élevée, nos océans seront malheureusement pillés par les industriels... Aussi, chaque particulier doit diversifier au maximum ses assiettes. Évitez donc de manger du poisson tous les jours et évitez surtout de consommer le même poisson à outrance (c'est le cas du saumon qui a longtemps été très demandé et dont la qualité est aujourd'hui souvent très médiocre). Toutefois, vous pouvez quand même continuer à manger du poisson. En revanche, il faut le choisir soigneusement dans les rayons de votre supermarché. Privilégiez les espèces pêchées durablement (regardez attentivement les informations notées sur les étiquettes). Comme pour les légumes, préférez aussi les poissons de saison pêchés, de préférence à la ligne.

Vérifier les méthodes de pêche et mangez local si possible

S'assurer des méthodes de pêche est également un bon moyen de s'opposer à la capture de masse. En général, toutes les informations sont indiquées sur les étiquettes mais, si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas à demander des renseignements auprès de votre poissonnier. Préférez les poissons qui ont été pêchés au casier ou à la ligne plutôt que ceux qui ont été recueillis par des chaluts. Ces derniers pêchent au filet et multiplient - souvent malgré eux - les rejets de poissons morts dans les mers et océans. Si vous habitez près de la mer et que cette solution vous est possible, n'hésitez pas à privilégier les circuits courts en allant acheter directement sur le port, au retour des bateaux. Mangez local autant que possible et favorisez la consommation de poissons méconnus tels que les merlus, les baudroies, les anchois ou encore les maigres qui sont des espèces peu demandées et donc non sur-pêchées. Enfin, et cela va de soi, fuyez l'aquaculture (élevage) comme la peste !

Sensibiliser au maximum son entourage

En plus de n'acheter que des poissons labellisés (le label le plus connu et le plus sûr étant MSC), prenez le temps de sensibiliser au maximum votre entourage. Partagez des articles sur vos réseaux sociaux, investissez-vous dans des associations de protection marine et discutez avec vos proches pour leur ouvrir les yeux. Les progrès se font en général à force d'investissement et de communication. Pour cela, les réseaux sociaux restent les meilleurs outils actuels car ils permettent de toucher le plus grand nombre en quelques mots et un rien de temps !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.