Forêt : 5 gestes à bannir pour une balade saine et respectueuse

Chargement en cours
En forêt, le bruit externe s'avère nocif pour nos amis les bêtes.
En forêt, le bruit externe s'avère nocif pour nos amis les bêtes.
1/2
© Adobe Stock, Indigo

L'annuelle journée internationale des forêts aura lieu le 21 mars 2022. C'est donc le bon moment pour rendre hommage à ce lieu prisé, décor de nos souvenirs d'enfance nourris par "Bambi", et paysage de nos balades les plus mémorables. Afin de préserver ce cocon au mieux, voici 5 gestes à éviter lors de vos prochaines excursions.

Faire une croix sur la cigarette

Si vous êtes fumeur, sachez que vous gagnerez à faire une croix sur le tabac de manière générale. Cependant, c'est particulièrement en forêt que vous devriez vous interdire de vous griller une cigarette. Oui, les causes reconnues d'incendies sont principalement d'origine humaine. Certains accidents sont même déclenchés par d'anodins feux de bois : de quoi rendre une grillade de guimauves dramatique. Ainsi, il est recommandé d'être on ne peut plus prudent. Jeter votre mégot à terre est susceptible de provoquer le pire : alors, on s'abstient !

S'interdire de jeter des ordures

Où que vous soyez, jeter vos ordures en dehors des bacs destinés à cette fin est à proscrire. Et quand il est question de lieux à préserver comme les plages ou les forêts, ce geste est d'autant plus problématique. D'ailleurs, des sanctions sont mises en place par la loi et un budget colossal est alloué pour assainir ces espaces. En effet, l'Office nationale des forêts indique que la propreté des forêts domaniales coûterait 900 000 euros en Île-de-France, pour le traitement de 1 600 tonnes de déchets (rien que ça!) Des chiffres impressionnants susceptibles d'être réduits grâce à un effort commun.

Ne pas quitter les sentiers

Bien que vous soyez convaincu d'avoir l'âme d'un aventurier, il n'est pas recommandé d'explorer aveuglément les forêts. Si des sentiers sont établis, ce n'est pas au hasard ! Les franchir accélérerait l'érosion de terrains fragiles, en plus de dégrader la végétation sous-bois. Soulignons aussi que les marcheurs s'exposent à plusieurs dangers : certaines parcelles abritent du bois mort et la végétation dissimule parfois les irrégularités du sol. Résultat : ledit aventurier risque à tout moment l'accident, sans oublier que des espaces en renouvellement pourraient être endommagés. En effet, les jeunes plants sont particulièrement délicats. On se cantonne aux espaces destinés à la promenade ?

Limiter sa cueillette

C'est précisément en forêt domaniale (appartenant à l'État) que la cueillette des champignons est autorisée. Cela dit, quelques règles doivent être respectées lors du processus. La principale ? Ne pas cueillir à l'excès. Autrement, votre chasse aux champignons pourrait menacer des végétaux tels que les jonquilles, le muguet, certaines baies ou des plantes rares et protégées. De plus, soyez très attentif : certains champignons se révèlent toxiques !

Éviter les nuisances sonores

Beaucoup l'ignorent, mais le bruit a un impact sur les animaux. Oui, nos amis les bêtes sont embêtés par notre boucan. Dans un article du Monde publié en 2017, Rachel Buxton, biologiste de la conservation à l'université du Colorado, explique : "C'est maintenant prouvé : le bruit des hommes peut empêcher un animal d'entendre d'autres sons importants, qui lui permettent de se diriger, de chercher de la nourriture, de défendre son territoire, d'éviter des prédateurs, d'attirer un partenaire ou de maintenir des groupes sociaux." Elle poursuit : "En modifiant le comportement ou la répartition des espèces-clés, des écosystèmes entiers peuvent être affectés par le bruit." Face à ces observations, on pense donc à ranger son enceinte lors de douces balades en forêt (le chant des oiseaux suffira).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.