Très critiqué y compris dans son propre parti, Jean-Luc Mélenchon explique pourquoi il a accepté de débattre avec Eric Zemmour

par Jeanmarcmorandini.com

D'un côté le choc entre les deux tribuns sur BFM Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour, et de l'autre, sur France 2, le face-à-face entre le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et la candidate de droite Valérie Pécresse. Deux débats, deux face à face et une grosse colère du côté de France 2 qui risque de se voir dépasser côté audience par BFM ce soir.

Les amateurs de politique devront en effet choisir entre les deux chaînes et BFM risque fort de l'emporter.

Mais ce face à face rend furieux France 2, selon PureMédias qui écrit que sous couvert d'anonymat, on affirme dans les couloirs du service public : "BFMTV aurait pu choisir un autre jour !. Ils auraient fait le même nombre de téléspectateurs. Franchement, c'est minable. BFMTV se déshonore. C'est une volonté de nuire, pas une volonté d'informer", peste-t-on à quelques heures du début de la soirée.

Le polémiste Eric Zemmour, qui ne cache plus ses ambitions présidentielles, entend lui rester présent dans le débat public, même s'il n'est toujours pas candidat. Privé d'émission quotidienne sur CNews après la décision du CSA de décompter son temps de parole, il se dit "candidat au débat" en même temps qu'aux plateaux télévisés pour "imposer" ses thèmes de prédilection que sont l'immigration et l'islam.

M. Mélenchon entend aussi amener le polémiste sur les thèmes sociaux, car il dénonce sa position en faveur de la théorie complotiste du "grand remplacement" (de la population européenne par une population immigrée qui l'organise, ndlr) que Jean-Luc Mélenchon voit comme le ferment d'une "guerre civile". Mais son choix d'en découdre avec le polémiste est contesté sur les réseaux sociaux par certains militants de gauche, de même que Yannick Jadot pour qui cette joute offre une publicité à M. Zemmour.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.