Pour Gérald Darmanin, la France n'est pas prête d'accorder la nationalité française à Gims : "Ne pas souhaiter la bonne année n'est pas une preuve d'assimilation à la société française"

par Jeanmarcmorandini.com

Interrogé sur la polémique créée suite à ses propos sur la bonne année, Gims a dit au JDD la regretter "totalement". "C'était un ovni, je ne communique pas comme ça habituellement. Je ne voulais pas blesser des gens. La foi, ça relève de l'intime. Mais ses excuses ne suffiront pas a en croire Gérald Darmanin ce matin sur France Inter qui affirme que "Ne pas souhaiter bonne année parce que ce n'est pas ce qu'auraient fait les amis, les frères de tel ou tel personnage, aussi sacré soit-il, ce n'est pas une bonne preuve d'assimilation à la société française". (Vidéo à voir ci-dessus)

Le chanteur et ex-rappeur du groupe Sexion d'Assaut, Gims, avait enregistré une vidéo ses réseaux sociaux, invitant tout le monde, et en particulier les musulmans, à ne plus adresser des voeux pour la nouvelle année. "Arrêtez avec ça. Je n'ai jamais répondu à ça, mais vous continuez à m'envoyer des 'bonne année" tout le mois de janvier, de février, etc. Les Muslims, on a la même conviction. Je souffre avec ça. On ne fête pas ça, parce que c'est comme ça ! C'est un pas de plus vers la mort, donc on se réjouit de quoi finalement ? Ça ne fait pas partie de nos convictions à nous, les Muslims. Venez, on se concentre un peu sur nos trucs à nous. C'est pas méchant, mais restons forts sur nos valeurs. Noël, on respecte, mais ce n'est pas notre fête".

Il avait également fait part de son étonnement devant les sapins de Noël qui trouveraient leur place dans le foyer d'une famille musulmane.

Selon "un ancien ministre de l'Intérieur" interrogé, la demande de naturalisation de Gims, en 2017 est dû à "des défauts de paiement d'amendes pour des délits routiers et son incapacité à établir en France le centre de ses intérêts matériels", le chanteur résidant une bonne partie de l'année à Marrakech (Maroc).

Gims aurait relancé sa demande en 2018, évoquant le sujet auprès de l'épouse du président Brigitte Macron, sans plus de succès, d'après Le Parisien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.