On sait désormais qui est le joueur du PSG qui s'est fait voler 200 euros par une prostituée au Bois de Boulogne... et on connait sa version des faits : Voici toutes les infos

par Jeanmarcmorandini.com

"La police a été appelée vers 20h, dans une rue proche du Bois de Boulogne, pour le vol simple, dans sa voiture, du portefeuille d’un joueur de football du PSG" affirmait la presse hier matin, sans donner le nom du joueur. L’agression s’est déroulée à l’arrêt, à un feu tricolore, sur l’allée de la Reine-Marguerite, dans le 16e arrondissement de Paris. Mais on sait désormais, après une journée de spéculation, qui est ce joueur et ce qui ce serait passé, selon sa version.

L’entourage d’Ander Herrera a en effet confirmé que c'était bien lui qui avait été victime d'un vol mardi soir dans le bois de Boulogne. Un de ses proches a même expliqué ce mercredi à l’AFP les circonstances de l’incident : « Il n’y a pas eu de violence, a précisé un proche. Ander Herrera revenait du Parc des Princes où il participait à un workshop, une série d’opérations avec des partenaires du PSG, comme c’est le cas plusieurs fois au cours de la saison au Parc », a raconté cette source.

« Pour rentrer chez lui, il est passé par le Bois de Boulogne, et à un feu tricolore, une personne rentre dans sa voiture et prend le téléphone et le portefeuille qui étaient en vue », a poursuivi ce membre de l’entourage du joueur. «

​Ander Herrera lui dit : "Je te donne 200 euros, mais rends-moi mon portefeuille et mon téléphone", dépose ensuite la personne un peu plus loin et appelle la police. »

Cette source argue que « l’objectif de sa démarche est que la personne soit interpellée et que ça ne se reproduise pas », et que si le joueur avait quelque chose à se reprocher, dans ce haut lieu de la prostitution parisienne, il n’aurait pas prévenu la police.

Sollicité, le PSG n'a pas souhaité faire de commentaire sur cette affaire. Le milieu espagnol, lui, était bien présent à l'entraînement de son équipe mercredi matin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.