Le journaliste Jordan Florentin affirme avoir été séquestré et menacé de mort par l'humoriste Yassine Bellatar, vendredi soir dans son théâtre

par Jeanmarcmorandini.com

Le Rédacteur en chef du service politique du site "le Livre Noir", Jordan Florentin, a posté une vidéo et un long texte dans lequel il affirme avoir été séquestré et menacé de mort par l'humoriste Yassine Bellatar. Il publie une vidéo et une longue série de tweet dont voici la synthèse dans laquelle il raconte ce qui s'est passé:

"Je réalisais un documentaire : « Yassine Belattar, humoriste ou homme politique ? » et me suis rendu à 20h devant le théâtre des dix-heures, dans le 18e arrondissement de Paris. Avec notre micro Livre Noir, et notre caméra, nous réalisons, en toute légalité, des itw dans la rue.

Pour ceux ne connaissant pas LN, je leur explique comme d’hab : « Nous sommes un média web, comme Brut et Konbini, uniquement sur Youtube. » Nous réalisons, en toute bienveillance dans le ton (comme d’habitude, notamment à Aulnay, et comme 15K commentaires youtube le confirment), des itws de son public « que vous inspire-t-il ? », « est-ce un politique ou un humoriste ? », « que pensez-vous de l’ambiance en France ? »

Après 5/6 itw, nous rangeons tous nos accessoires, entrons au théâtre après avoir validé nos billets, nous installons, et assistons sans filmer (conscients de l’illégalité si nous l’avions fait) au spectacle.

Après le spectacle, Belattar (qui ne m’avait pas reconnu) nous salue, et nous attendons même pour faire une photo avec lui. Là, son équipe le prévient. Et c’est là que Belattar décide d’enfermer une équipe de journalistes pendant 1 heure dans son théâtre, sans possibilité de sortir

Après nous avoir fait sortir par son garde du corps, Belattar m’attrape par l’épaule, me ramène violemment à l’intérieur pour « s’expliquer avec moi ».

Conscient du risque, et vu l’intention physique de l’humoriste de me frapper, je lui propose immédiatement de supprimer nos rush et de nous laisser partir.

Belattar me reconnaît et me hurle, le front presque collé au mien : « C’est toi Jordan ? Jordan ! T’es le putain de fils de pute qui a piégé les mecs d’Aulnay ? T’es un putain de suicidaire, t’es recherché par tout le 93, tout aulnay cherche ton prénom t’es la prochaine Mila ».

Dès lors,Belattar demande à son vigile de baisser la grille du théâtre et verrouiller les portes. Ac mon alternant, nous sommes 2, entourés par YB, le producteur, le vigile, et une dizaine de membres du public (pro-Belattar) restés présents.

Nous ne sommes évidemment pas rassurés Je demande, à plusieurs reprises, une discussion calme à Belattar.

Réponse systématique : « Ferme ta putain de gueule, je discute pas avec des fachos et des nazis ! ».

J’ai honnêtement rarement vu autant de haine, de violence, et de méchanceté dans le regard de quelqu’un. Nous sommes, avec mon alternant, littéralement humiliés et lynchés. Tout le monde nous filme en direct.

Belattar se moque de moi. Dès que j’essaie de filmer avec mon portable, son garde du corps me demande, en violant ma vie privée (dossier photo iPhone) de tout supprimer.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.