Laurence Saillet dénonce les liens de Yassine Belattar avec les Islamistes : "Vous soutenez le CCIF, vous chantez avec eux, vous défilez avec eux !"

par Jeanmarcmorandini.com

Laurent Saillet était hier soir une des invités de Cyril Hanouna dans Touche pas à mon poste et elle s'est confrontée à Yassine Belattar. Dans un premier temps elle a demandé à l'humoriste de citer une seule phrase dans laquelle Eric Naulleau aurait prononcé des propos fachiste. Yassine Bellatar a été incapable de répondre à cette question, puis la chroniqueuse a enchainé :

"Vous, vous défilez avec le CCIF. Vous les soutenez, vous défilez avec eux, vous êtes debout avec eux, vous chantez..."

Cyril Hanouna intervient alors pour couper Laurence Saillet : "Non, mais c'est pas possible.... C'est insupportable Laurence ! On est sur l'émission d'hier soir!"

Un peu plus tard dans l'émission Laurence Saillet tente une nouvelle fois d'évoquer les liens entre Yassine Belattar et le CCIF avant d'être interrompu une nouvelle fois.

De son côté Yassine Belattar affirme "d'avoir jamais fait parti du CCIF"... "Mais vous les soutenez" lui lance une nouvelle fois Laurence Saillet.

Le Conseil d’Etat a validé, vendredi 24 septembre, la dissolution du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) décrétée fin 2020 par le gouvernement dans le prolongement de l’assassinat de Samuel Paty par un extrémiste islamiste, le 16 octobre 2020. La plus haute juridiction administrative a ainsi donné raison au ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, qui, peu après la décapitation de l’enseignant, avait accusé de « propagande islamiste » cette association.

Un texte permet de dissoudre des groupements qui « provoquent à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine (…) ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une prétendue race ou une religion déterminée, soit propagent des idées ou théories tendant à justifier ou encourager cette discrimination, cette haine ou cette violence » ou encore ceux « qui se livrent (…) à des agissements en vue de provoquer des actes de terrorisme ».

Dans sa décision, le Conseil d’Etat fait largement droit à l’appréciation du ministère de l’intérieur. Il affirme que le CCIF « tient depuis plusieurs années des propos sans nuance visant à accréditer l’idée que les autorités publiques françaises mèneraient, notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, un combat contre la religion musulmane et ses pratiquants et que, plus généralement, la France serait un pays hostile aux musulmans ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.