Horreur en plein Paris - Le photographe René Robert chute dans une rue et meurt sur le trottoir après avoir passé 9 heures sans aucune aide des passants

par Jeanmarcmorandini.com

Mardi 18 janvier, aux environs de 21 heures, le photographe René Robert chute dans le quartier parisien de République. Pas un passant ne réagit à la vue de ce corps gisant sur le trottoir. Vers 6 heures du matin, un SDF prévient finalement les secours. Mais il est trop tard.

René Robert avait dédié sa vie au flamenco et lui avait consacré trois livres. Devenu maître dans l’art de capter des instants suspendus, il résumait son travail ainsi : «j’étais juste là au bon moment».

L’année dernière, il avait fait don de milliers de clichés à la Bibliothèque nationale de France.

«A René Robert, assassiné en pleine rue à Paris par l'indifférence des passants», s’est ému l'un de ses proches, le journaliste Michel Mompontet, saluant «un ami doux, sensible et humaniste». Personne ne l’a secouru. René Robert est mort seul, transi de froid, dans une rue passante de la capitale. Neuf heures passées sur le bitume sans que personne ne lui vienne en aide.

«Aucun passant ne s’est arrêté pour voir pourquoi ce monsieur gisait sur le trottoir. Personne», dénonce encore Michel Mompontet. Depuis plus de 50 ans, René Robert immortalisait les danseurs de flamenco. Les gardait vivants, en noir et blanc, éternellement couchés sur papier glacé. Et s’est éteint dans l’indifférence générale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.