Covid-19 : l’industrie du livre limite la casse face aux effets de la crise

par 90culture

Les ventes de livres ont baissé de seulement 3,3% par rapport à 2019.

Des résultats pas si catastrophiques au regard de la crise sanitaire et de la fermeture des librairies !

Selon un sondage Odoxa, 1 Français sur 3 s’est mis à lire davantage.

Les Français ont surtout lu pour lutter contre l’ennui (43 %), mais aussi pour se déconnecter de l’actualité (33 %) et passer moins de temps sur les réseaux sociaux (31 %).

La vente de 3 catégories d’ouvrages a augmenté :

- La bande dessinée (+14,3%)

- Le livre pratique (+6,5%)

- La littérature (+4,6%).

Après les périodes de confinement, les librairies ont observé un retour massif des clients.

En juillet, les ventes de livres ont bondi de 45%.

Décembre a également été un mois exceptionnel.

Ces chiffres ont permis de compenser une partie des pertes provoquées par les confinements.

A cela s’ajoute également les ventes en ligne qui ont explosé.

Même constat aux États-Unis : Les amateurs de lecture se sont tournés vers les rayons librairies des grandes surfaces.

Résultat : Les ventes de livres dans ces magasins ont triplé voire quadruplé pendant la crise.

"Les grandes surfaces ont également su mettre en avant leurs ouvrages pour booster leurs ventes : Imaginez-vous, vous êtes là, en train de faire vos courses, de marcher tranquillement entre les allées et là, vous tombez sur un livre ou un puzzle. Évidemment, vous vous dites : “Il me le faut, on s’ennuie tellement !"" Suzanne Herz, éditrice

chez Vintage/Anchor pour The New York Times

Vos réactions doivent respecter nos CGU.