Après des piqures de GHB dans des discothèques à Béziers, Grenoble ou Nantes, de nouvelles agressions signalées hier soir lors de concerts au Printemps de Bourges

par Jeanmarcmorandini.com

Le parquet a ouvert une enquête pour "administration de substances nuisibles" après des signalements de piqûres sur neuf festivaliers lors de concerts au Printemps de Bourges, a appris l'AFP samedi. "À la date de ce samedi 23 avril, à 17H, neuf cas nous ont été signalés", a indiqué Boris Vedel, directeur du Printemps de Bourges, à une correspondante de l'AFP.

Ce chiffre a été confirmé par la préfecture du Cher. Vendredi, quatre plaintes avaient été déposées, selon le parquet de Bourges qui a ouvert une enquête pour "administration de substances nuisibles".

L'origine de ces piqûres est inconnue, selon la préfecture. "On ne sait pas s'il s'agit de seringues ou seulement de têtes d'épingle par exemple", a précisé Agnès Bonjean, directrice de cabinet du préfet du Cher.

"Les gens ont seulement senti des piqûres", a-t-elle ajouté. Par ailleurs, "il n'y a pas eu d'agression sexuelle", selon Boris Vedel, qui a précisé que les signalements provenaient "d'hommes et de femmes de tous les âges".

Les personnes victimes de piqûres ont été soumises à un prélèvement sanguin, afin de déterminer si des substances leur avaient été administrées. Le dispositif de sécurité du festival, qui se termine dimanche, a été renforcé.

Des cas similaires de piqûres ont été signalés dernièrement dans des discothèques, notamment à Béziers, Grenoble ou Nantes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.