Anthony Delon raconte sur France 2 la violence de son père et les coups dans sa jeunesse : "J’espère qu’en lisant ce livre, il va se réparer. Moi, en tout cas, j'ai pardonné..."

par Jeanmarcmorandini.com

Les confidences d'Anthony Delon, hier soir sur le plateau de France 2 à l'occasion de la sortie de son livre. Il a évoqué la violence et les démons de son père qui ont marqué son enfance : "Quand il agissait comme ça, ce n’est pas à moi qu’il parlait mais à l’enfant qui était en lui. Les combats les plus rudes sont ceux qu’on mène contre soi. Il n’a pas voulu mener celui-ci. J’espère qu’en lisant ce livre, il va se réparer. C’est pour cela que c’est un message d’amour, parce que moi, j’ai pardonné. Aujourd’hui, on a pris du recul tous les deux. C'est important de poser les choses parce que, dans la vie, on ne sait pas ce qu’il peut se passer".

"Mon père a tenté à de nombreuses reprises de me plier, de m'affaiblir, et ce depuis l'âge de 10 ans, l'âge où je suis devenu un homme selon lui, écrit-il dans son autobiographie. Je ne pense pas qu'il désirait me détruire, mais plutôt me soumettre. Comme dans une horde de loups où le clan doit se plier face au dominant. Consciemment ou pas, la destruction était tout de même à l'œuvre… »

Comme ce jour où Delon s'agace de voir son fils mal se tenir à table. Il l'envoie alors dans sa chambre et père déboule ensuite avec un gros fouet de cuir à la main: "Ironie du sort, c'était celui de Zorro, poursuit Anthony Delon. Je n'ai aucun souvenir de douleur physique, par contre les mots laissèrent de larges entailles, longues à cicatriser : “Même mes chiens, je ne les frappe pas avec ce fouet !”, disait-il entre deux coups. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.