Agression d’Yvan Colonna : Violents incidents en Corse cette nuit avec le tribunal d’Ajaccio incendié, plusieurs blessés dont un journaliste et des milliers de gens dans la rue

par Jeanmarcmorandini.com

Une semaine après l’agression du militant indépendantiste Yvan Colonna en prison, des rassemblements en Corse mercredi soir ont été émaillés de violents incidents avec notamment une intrusion et des départs de feu dans le palais de justice d’Ajaccio, et plusieurs blessés.

Plus tard dans la soirée, des manifestants se sont introduits dans le palais de justice et ont allumé des feux devant et à l’intérieur du bâtiment, selon une source policière. Deux interpellations ont ensuite eu lieu aux abords du palais de justice, selon cette même source. Des rames de papier ou des déchets ont été brûlés dans le hall et d’autres départs de feu ont noirci la façade, a constaté un photographe de l’AFP qui précise que les feux ont rapidement été éteints par les pompiers.

Hier soir, le Préfet de Haute Corse a publié un communiqué dans lequel il affirme :

"Depuis environ 17h, des manifestants violents agressent les forces de l’ordre positionnées à l’intérieur et aux abords de la préfecture.

Alors que les heurts n’ont pas encore pris fin, les forces de l’ordre ont subi 95 jets de cockails molotov, auxquels il faut ajouter les bombes agricoles, billes de fer, tirs de fronde.

8 policiers des compagnies républicaines de sécurité ont été blessés.

Les CRS ont maintenu la distance avec les manifestants par le recours au gaz lacrymogène. Un seul tir de LBD a été réalisé et a touché aux parties inférieures un manifestant approchant avec un cocktail molotov.

Les pompiers ont pris en charge trois blessés : une personne désorientée par la respiration des gaz lacrymogènes, deux autres pour des plaies au niveau du crâne et du visage.

Un photographe du journal « Corse matin » a été blessé. Le préfet de Haute-Corse rappelle son attachement à la liberté pour la presse de pouvoir couvrir ce type d’évènements et apporte tout son soutien au journaliste et à sa rédaction.

A Calvi, après une première partie de manifestation dans le calme, vers 20 heures une quarantaine de manifestants, cagoulés, ont jeté des cocktails molotov contre la sous-préfecture et brisé des vitres à coup de pierre.

C’est la première fois que la sous-préfecture de Calvi est attaquée de la sorte.

Il s’agit du 6ᵉ jour consécutif de violences en Haute-Corse. L’esprit de responsabilité doit prévaloir : des lycéens, étudiants n’ont rien à faire dans ce type de rassemblement dans lequel ils se mettent eux et les autres en danger. L’agression systématique des forces de l’ordre ne fera avancer aucune revendication. Le préfet condamne ces violences et appelle chacun au calme."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.