Affaire Mia : Ecoutez pour la première fois les explications de Rémy Daillet-Wiedemann qui est soupçonné d'avoir organisé l'enlèvement de la fillette

par Jeanmarcmorandini.com

Dans une vidéo diffusée sur YouTube, Rémy Daillet-Wiedemann, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt international dans le cadre de l'enlèvement de la petite Mia, dans les Vosges, s'exprime pour la première fois. "Notre organisation rend des enfants, kidnappés par l’État, à des parents, à leur demande", revendique-t-il. "Il n'est absolument pas question d'enlèvement".

"Je félicite les Français courageux [...] qui retirent des enfants à des réseaux sordides ou à des placements indus sur décision d'une justice qui se trompe beaucoup trop [...] je les honore et nous les récupérerons par le droit, ou autrement".

Durant les cinq minutes de son message vidéo, il ne cite jamais le prénom de Mia mais chaque mot semble pesé. "J’approuve totalement la restitution des enfants à leurs parents légitimes pour autant qu’ils soient de bons parents suffisamment bien traitants et bienveillants".

Ancien président du parti MoDem en Haute-Garonne en 2009, il en a été exclu en raison de son comportement étrange. Exilé en Malaisie, ce fils de député « apparaît comme l’animateur principal de la “mouvance” dans le cadre de laquelle s’inscrivent les mis en cause » et « aurait joué un rôle dans l’organisation de l’enlèvement » selon les enquêteurs.

Le juge d’instruction chargé de l’enquête a donc délivré contre le « gourou » un mandat d’arrêt international.

Dans une vidéo, Rémy Daillet-Wiedemann n’évoque pas directement l’affaire Mia mais s’exprime sur les enlèvements d’enfants. « Le système tente de nous détruire en qualifiant d’enlèvement la restitution d’un enfant à sa mère. Nous avons besoin d’un grand soutien populaire, spécialement les parents qui se sont vu enlever leur enfant de manière abusive. Témoignez ! » dit-il.

Ses obsessions : la franc-maçonnerie, le sionisme (quand il ne propage pas des propos négationnistes, comme dans un post intitulé « Holocanular », aujourd’hui supprimé, selon une enquête documentée de « Street Press », en date de janvier 2021), mais aussi le complot pédocriminel (il parle des « pédomaniaques de loge ») et les vaccins…

« Les technologies de l’ARN messager utilisées dans les “vaccins” contre le Covid-19 ont la capacité de modifier à jamais l’ADN génomique des receveurs, les rendant ainsi plus sensibles à la maladie et à la mort », écrit-il, relayant aussi d’autres propos du même acabit : « Dr Sherri Tenpenny : toute personne vaccinée décédera dans un délai de 1 à 2 ans. »

vidéos similaires

lecture autoOUINON

Vos réactions doivent respecter nos CGU.