Yann Moix condamné pour avoir diffamé son frère Alexandre : sa sanction dévoilée

Yann Moix condamné pour avoir diffamé son frère Alexandre : sa sanction dévoiléeExclusif - Yann Moix - Personnalités à la première du spectacle de Jean-Paul Rouve "J'ai pas l'air" au Théâtre Antoine à Paris. © G.Gorassini-B.Rindoff Petroff / Bestimage © BestImage, G.Gorassini-B.Rindoff Petroff

, publié le 18 octobre 2022

Nouveauté dans l'affaire qui opposait Yann Moix à son petit frère Alexandre. L'ancien chroniqueur d'"On n'est pas couché" a été condamné en appel pour l'avoir diffamé comme l'a dévoilé l'AFP.

L'affaire a pris un nouveau tournant comme le dévoile l'AFP ce mardi 18 octobre 2022. Yann Moix a été condamné en appel pour avoir diffamé son frère Alexandre, qu'il avait qualifié de "très, très proche" de l'extrême droite, selon un jugement.

L'affaire remonte à août 2019. Lors de son passage dans l'émission On n'est pas couché, sur France 2, Yann Moix (54 ans) avait notamment indiqué que son petit frère Alexandre (49 ans) s'était rapproché de l'extrême droite à un moment de sa vie et qu'il continuait à "fréquenter cette mouvance". Des propos qu'il a aussi tenus dans Balance ton post (C8) en novembre de la même année. Il avait en outre affirmé que son frère était "très proche de groupuscules néo-nazis". La goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour son frère qui décidait alors de porter plainte contre l'écrivain et réalisateur. En 2021, ce dernier était relaxé en première instance. Mais le 13 octobre dernier, il a été condamné par la cour d'appel de Paris à payer 1 000 euros de dommages et intérêts, et 3 000 euros au titre des frais de justice du plaignant. La cour d'appel a retenu deux propos à caractère diffamant : "Mon frère était très, très proche de groupuscules néonazis", et "C'est lui, Alexandre Moix, qui était proche de groupes d'extrême droite". Pour l'heure, le principal intéressé n'a pas réagi.

Les relations entre les deux hommes sont difficiles depuis l'enfance. Et elles se sont corsées lors de la sortie d'Orléans en 2019, un ouvrage dans lequel Yann Moix assure qu'il a subi des violences de la part de ses parents. Furieux, son père était monté au créneau pour nier en bloc ses accusations. Il a rapidement été soutenu par Alexandre Moix. Il a notamment confié que son grand frère l'aurait torturé durant toute son enfance. Et lorsque les propos diffamatoires pour lesquels son frère a finalement été condamné ont été prononcés, il a demandé à ce qu'une lettre ouverte soit lue dans On n'est pas couché. "Lors de l'émission On n'est pas couché du 31 août dernier, mon frère, Yann Moix, a indiqué que je me serais 'rapproché de l'extrême-droite à un moment de ma vie' et que je 'continuerais à fréquenter' aujourd'hui cette mouvance. En outre, il a supposé que j'aurais fourni à des 'gens mal intentionnés d'extrême droite' ses textes et dessins antisémites et négationnistes et qu'ainsi, j'aurais eu un rôle à jouer dans ses récents déboires. Je considère que ces assertions sont graves et totalement infondées et sont donc inacceptables. Yann Moix ne sait rien de moi. Mes opinions, ma vie, tout lui est étranger et c'est très bien ainsi. Compte tenu de la gravité de cette affaire, il ne saurait y avoir d'arrangements avec la vérité", avait donc lu le présentateur Laurent Ruquier, en septembre 2019.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.