Véronique Genest : ses propos sur le vaccin font à nouveau polémique

Véronique Genest : ses propos sur le vaccin font à nouveau polémique
Véronique Genest lors de la 20e édition du Festival de la Fiction TV à La Rochelle, le 15 septembre 2018.

Depuis le début de la crise sanitaire et la mise en place du pass sanitaire, Véronique Genest n'en finit plus de faire parler d'elle. Farouchement opposée à la plupart des décisions gouvernementales, la comédienne n'en est pas à sa première polémique. Mais cette fois, c'est probablement la goutte de trop...

On le sait désormais, Véronique Genest n'a pas sa langue dans sa poche. Si l'ancienne interprète de Julie Lescaut a pour habitude de diviser la Toile en raison de ses nombreuses déclarations sans filtre, il semble qu'elle ait cette fois franchi la limite de l'acceptable. Dans la soirée du 21 novembre 2021, l'actrice a en effet fait une comparaison extrême qui a provoqué la colère immédiate et très vive des internautes. "Avec cette obligation vaccinatoire qui ne dit pas son nom, j'ai eu le sentiment d'un viol dont on ne veut pas prendre la plainte. Là avec la troisième dose sous peine de perdre son pass et de ne pas pouvoir travailler, j'ai l'impression d'être victime d'une tournante !", a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

"C'est quelque chose qu'on introduit en vous sans votre consentement"

Scandalisés par de tels propos, les internautes n'ont pas mis longtemps a réagir. Si la plupart d'entre eux n'ont pu se retenir d'insulter la comédienne, d'autres l'ont directement interpellé, cherchant à connaître sa définition exacte du viol. "C'est quelque chose qu'on introduit en vous sans votre consentement !", a répondu celle qui s'est durement battue contre des excès de poids par le passé.

Bien décidée à faire connaître son avis quant aux décisions sanitaires prises par le gouvernement français, Véronique Genest ne semble visiblement pas vouloir se fixer de limites, quitte à se mettre tous les internautes à dos. "Ah, l'indignation à taux variables des macronistes coviots ! Pourtant cela ne les gène guère de stigmatiser, de priver de travail, de salaire et plus si affinité, ceux qui ne désirent pas se soumettre à leur Dieu Vaccin. Ils ne se sentent coupables de rien, ils sont le camp du bien !!!", a-t-elle conclu dans un dernier tweet assassin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.