Sylvie Vartan "n'arrive pas à (se) dire" que Johnny Hallyday "n'est plus"

Sylvie Vartan "n'arrive pas à (se) dire" que Johnny Hallyday "n'est plus"
Sylvie Vartan lors de la soirée en l'honneur de Danielle Darrieux pour la projection du film "Occupe-toi d'Amélie", au cinéma Max Linder Panorama à Paris, le 9 avril 2018.

Johnny Hallyday et Sylvie Vartan ont connu une belle histoire d'amour dont est un né David. Mais en 1980, le couple a décidé de se séparer. La chanteuse s'est reconstruite grâce à l'acteur américain Tony Scotti. Mercredi 13 octobre 2021, dans le magazine Point de Vue, elle explique comment son fils l'a accepté.

Quinze ans d'amour ont lié Sylvie Vartan et Johnny Hallyday, qui ont eu un fils : David. Mais comme le chante si bien Vartan, l'amour "ça s'envole en fumée" et c'est en 1980 que l'idole des jeunes et la chanteuse divorcent. Une séparation douloureuse, à laquelle s'est ajoutée la disparition du Taulier : "J'ai vécu sa disparition comme quelque chose d'incroyable. Je n'arrive pas encore à me dire qu'il n'est pas. Le fait de me dire qu'il n'est plus, pour moi, c'est complètement irréel et surréaliste." Heureusement, elle peut compter sur l'acteur américain Tony Scotti avec qui elle a refait sa vie et père de sa fille Darina. Mercredi 13 octobre, dans le magazine Point de Vue, elle en a fait une description très élogieuse : "J'ai trouvé un homme qui était mon amant, mon ange gardien et mon père. Un homme beau, digne. À cette époque, j'étais persuadée que je finirais ma vie seule."

"Tony était là au quotidien"

Comme beaucoup d'enfants de divorcés, David Hallyday a dû se faire à l'idée que sa mère refasse sa vie. Et si ça n'a pas été facile, le chanteur ne s'est pas opposé à cette union. "David avait besoin de cette stabilité et il l'a trouvée. D'autant plus que Tony aime être père, il a beaucoup de psychologie et il lui donne confiance", a-t-elle expliqué avant d'ajouter : "On peut réellement compter sur lui. Ce n'est pas quelqu'un qui se défile, qui a une posture."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.