Suite à son agression, Vaimalama Chaves va prendre des cours d'auto-défense

Suite à son agression, Vaimalama Chaves va prendre des cours d'auto-défense
Vaimalama Chaves en tant que marraine de l'opération Fil Rose à Beaugrenelle, le 16 octobre 2021.

Il y a quelques semaines, Vaimalama Chaves s'est retrouvé au coeur d'une situation à la fois angoissante et révoltante. Agressée par une bande de jeunes garçons, l'ancienne Miss France a eu la peur de sa vie. Aujourd'hui remise mais toujours un peu effrayée à l'idée de sortir seule, elle a décidé d'employer les grands moyens.

Que ses fans se rassurent Vaimalama Chaves va "bien". Après son agression éprouvante survenue le 25 septembre 2021 en plein Paris, la jeune tahitienne a désormais retrouvé le cours normal de sa vie. Pourtant, les images de cette "quinzaine de jeunes gars" lui jetant des cailloux restent ancrées. Bien décidée à ne pas se laisser faire, l'ancienne reine de beauté a pris une grande décision. "Je vais pallier ce qu'il s'est passé. Je vais m'armer davantage. Pas avec des vraies armes, évidemment, mais je vais prendre des cours d'auto-défense et m'informer vraiment sur le sujet", a-t-elle révélé lors d'une interview exclusive accordée à Télé Loisirs.

"Si tu restes bloqué, tu t'y perds"

Malgré le traumatisme et la frustration "de s'être sentie si faible, démunie et fragile", Miss France 2019 est donc passée à autre chose et conserve sa détermination et sa bonne humeur à toute épreuve. Une nécessité plus qu'une force de caractère selon elle. "La vie avance, de toute façon. Si tu restes bloqué, c'est dommage pour toi, tu t'y perds. Ce n'est pas comme ça qu'il faut faire", a-t-elle ensuite affirmé.

Pour ne pas se laisser faire, Vaimalama Chaves n'avait d'ailleurs pas hésité à porter plainte dans la foulée de son agression. "C'est comme si la vie était un jeu. Tant que l'on n'a pas appris la leçon, on ne peut pas avancer. Je me suis dit que cela faisait partie des épreuves de la vie, et que la leçon était de ne pas laisser cela impuni. Donc je suis allée porter plainte et j'ai continué ma route", a-t-elle conclu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.