Sophie Marceau "ferait mieux de se taire" : l'actrice taclée par Michel Cymès

Sophie Marceau "ferait mieux de se taire" : l'actrice taclée par Michel Cymès
Sophie Marceau au photocall du film "Tout s'est bien passé" lors du 74ème festival international du film de Cannes, le 8 juillet 2021.

Pour Michel Cymès, il y a des propos qui ne passent pas en cette période de crise sanitaire. Le présentateur, qui vient tout juste de quitter son travail de médecin après 43 années de bons et loyaux services, vient ainsi de tacler Sophie Marceau dans les colonnes de Télé Star, en kiosque le 19 juillet 2021. Et ce en raison de ses déclarations sur les vaccins et la médecine en règle générale.

Le 7 juillet dernier, Sophie Marceau signait son grand retour au cinéma depuis 2018 avec "Tout s'est bien passé" de François Ozon, film pour lequel elle était pour la première fois en compétition au Festival de Cannes. À cette occasion, la comédienne avait accordé une longue interview au Journal du Dimanche. Elle y abordait plusieurs sujets comme la célébrité, la perte de ses parents, mais aussi les vaccins contre le Covid-19.

Michel Cymès conseille à Sophie Marceau de "garder son avis" pour elle

"Évidemment, je ne suis pas contre les vaccins et il n'est pas question de mettre autrui en danger. Je trouve juste qu'en France on a tendance à prendre trop de médicaments", déclarait la star de "La Boum". Elle revenait aussi sur sa promotion pour "Hold-up", documentaire au discours complotiste à propos de la pandémie : "Je ne regrette pas d'en avoir parlé. On a le droit de penser que parmi toutes les grandes instances ou entreprises pharmaceutiques qui mènent le monde, certaines sont davantage tournées vers le profit."

Interrogé par Télé Star, Michel Cymès a réagi à ces propos. "Je pense que quand on est connu et qu'on va contre l'avis des plus grands scientifiques mondiaux, on ferait mieux de se taire et de garder son avis pour soi", a-t-il commenté. Et l'animateur de s'inquiéter à cause des "gens qui refusent la vaccination" : "S'il y a une quatrième vague, on la devra à ceux qui n'ont pas voulu se faire vacciner, à commencer par le personnel soignant."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.