Priscilla Betti jalousée à cause de son succès très jeune : "Je me suis pris un cartable sur la tête"

Priscilla Betti jalousée à cause de son succès très jeune : "Je me suis pris un cartable sur la tête"Priscilla Betti dans l'émission TPMP People le 26 novembre 2022. © C8

, publié le 27 novembre 2022

Priscilla Betti a connu la lumière en 2001 à la sortie de son premier single "Quand je serai jeune". Très vite, sa vie a été bouleversée par la gloire mais aussi par divers problèmes engendrés par son succès. Harcelée, humiliée et victime de jalousie, la chanteuse a dévoilé ses traumatismes dans l'émission "TPMP People".

Interprète des titres Regarde-moi, Mission Kim Possible, Où est la vraie vie et de l'incontournable Tchouk Tchouk Musik, Priscilla Betti est devenue une star dans les années 2000 alors qu'elle n'était encore qu'une enfant. En 2001, la jeune fille pouvait même réaliser son rêve : recevoir un disque d'or pour son single Quand je serai jeune de son idole Britney Spears. Agée de 12 ans à l'époque, la jeune femme était par la suite devenue une star du petit écran dans la série KD2A et avait également interprété premier rôle dans la comédie musicale Flashdance au Théâtre du Gymnase Marie-Bell de Paris du 23 septembre 2014 au 7 mars 2015. Un parcours en apparence idyllique mais qui cachait en réalité bien des parts d'ombres.

Invitée sur le plateau de TPMP People le 26 novembre 2022, Priscilla Betti a révélé que sa carrière n'avait pas toujours été rose et qu'elle lui même avait causé beaucoup de torts dans sa jeunesse. "Il y a eu une période ou ça n'a pas été évident, a-t-elle ainsi confié face à l'animateur Matthieu Delormeau. De même, la jeune fille a relaté que sa scolarité n'avait pas été simple à gérer pour elle. Harcelée et souvent moquée par les autres élèves, elle a partagé ses souvenirs douloureux : "L'école je suivais un cursus normal. Je me suis même pris un cartable sur la tête (...) Les petits étaient jaloux forcément."

Ça a été compliqué
Dans sa famille, Priscilla Betti s'est parfois attirée les foudres de ses soeurs, forcément un peu envieuses de sa réussite mais aussi du fait que leur mère avait tendance à beaucoup plus s'occuper d'elle. "Ça a été compliqué parce que je leur ai pris leur maman quelque part. Parce que maman était vachement avec moi au quotidien, j'étais mineure etc., donc il fallait qu'elle m'accompagne parce qu'on était suivi quand même par la DDASS du spectacle", a-t-elle raconté.

Chroniqueuse sur W9 depuis 2021, la jolie Priscilla reçoit parfois des menaces plus graves via les réseaux sociaux. Ainsi en novembre 2020, la jeune femme avait révélé avoir reçu des messages d'un internaute souhaitant la violer. Se défendant mieux que lorsqu'elle était enfant, elle avait affiché le profil de son hater et avait écrit : "'Qui veut violer Priscilla ?'. Toi. A priori. Et tes 18 abonnés aussi. Toi qui, en venant commenter ma photo, assume publiquement avoir envie de me violer. Toi qui par ton acte consenti banalise le viol. Le viol. Celui qui détruit tant de personnes, tant de corps, tant d'âmes, tant de sourires. Tant de vies. Toi qui banalise la violence et qui la revendique. Toi qui banalise la haine et qui l'incite."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.