Paul El Kharrat parfois d'"une violence extrême" : suicide, séjour en clinique... il se livre sans filtre

Paul El Kharrat parfois d'"une violence extrême" : suicide, séjour en clinique... il se livre sans filtreExclusif - Paul El Kharrat (Les 12 coups de midi) (A n'utiliser que dans le cadre de cette émission) - Enregistrement de l'émission "Le Quiz des Champions" présentée par C.Féraud © Cyril Moreau / Bestimage © BestImage, Cyril Moreau

, publié le 19 octobre 2022

L'ancien candidat des "12 Coups de midi" s'est confié à nos confrères d'"Ici Paris", à l'occasion de la sortie de son nouveau livre. Paul El Kharrat s'est ainsi livré sur l'épuisement qu'il peut connaître au quotidien.

Paul El Kharrat est de retour sur papier avec son nouveau livre Bienvenue dans mon monde (sorti le 12 octobre 2022 aux éditions Harper Collins). Un ouvrage dans lequel le jeune homme diagnostiqué autiste Asperger ouvre les portes de son monde. À cette occasion, l'ancien champion des 12 Coups de midi (TF1) s'est confié à nos confrères d'Ici Paris, et a révélé qu'il a déjà songé au pire.

Dans leur édition du 19 octobre, nos confrères ont souhaité savoir si cela était simple d'être dans sa tête. "C'est tout sauf simple ! Mon cerveau est constamment en ébullition, c'est épuisant. Je me réfugie souvent dans le rêve pour échapper aux autres et à la lourdeur du monde. Parfois, ils sont sombres et j'ai déjà pensé à commettre l'irréparable", a ainsi répondu le sociétaire des Grosses têtes (RTL). Et d'expliquer que durant huit jours, il a séjourné dans une clinique de repos en février dernier. "Je suis tellement entier que la fausseté de certains me blesse et engendre une violence extrême. Je suis le parangon du docteur Jekkyl et de M. Hyde. Je lutte en permanence contre ce dédoublement de la personnalité, cette dualité. Ce n'est pas parce que je souris que je suis heureux", a poursuivi Paul El Kharrat.

Il doit en outre constamment expliquer son syndrome, notamment à ses parents, ce qui l'épuise davantage. Mais il le sait, "la moindre 'erreur' est sujette à des crises de nerfs, des phases d'agacement intense et une grande violence verbale". Une situation qui fait souffrir tout le monde. "Mais ce qu'ils ne comprennent pas, c'est qu'ils en souffrent moins que moi", a-t-il précisé.

Paul El Kharrat a ensuite révélé que ses parents le font se sentir coupable dans ces moments-là. "Mes parents n'ont pas réussi à totalement m'éduquer selon les préceptes de la société. Ils y sont arrivés avec mon frère (20 ans) et ma soeur (16 ans), mais moi, on ne peut pas me dresser. Il m'est impossible de me fondre dans la masse. J'aimerais parfois qu'on s'adapte à moi", a-t-il conclu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.