Nicolas Hulot : ces gels douche qui lui rapportent gros

Nicolas Hulot : ces gels douche qui lui rapportent gros
Nicolas Hulot lors de la sortie du conseil des ministres, au palais de l'Élysée à Paris, 11 juillet 2018.

Depuis l'annonce de sa démission surprise mardi 28 août 2018 sur les ondes de France Inter, l'ex-ministre de la Transition écologique est au coeur de l'actualité. Le site du journal Libération en a profité pour se pencher sur ses revenus liés à la gamme de produits de toilette Ushuaïa.

"Combien rapportent les produits Ushuaïa à Nicolas Hulot ?" C'est la question à laquelle a répondu la rubrique CheckNews de Libération après la démission du numéro 3 du gouvernement. D'après le site du journal, grâce à Ushuaïa et sa gamme de produits de toilette dans laquelle on retrouve des dizaines de gels douche, de shampoings et de déodorants, l'ancien présentateur "gagne bien sa vie".

De grosses royalties

Ces produits lancés à son insu par TF1 Entreprise et L'Oréal pour surfer sur le succès de l'émission Ushuaïa Nature, Nicolas Hulot y aurait d'abord été opposé. Pourtant, après réflexion, il aurait finalement décidé d'en tirer profit. "Il demande au numéro 1 mondial des cosmétiques de l'aider à financer sa fondation, créée en 1990 et devenue cinq ans plus tard la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme", nous apprend Libération qui précise que l'écolo le plus célèbre de France, encaisse encore aujourd'hui, "via sa société Eole Conseil (dont il possède 99% du capital, ndlr) des royalties sur chaque gel douche, déodorant ou shampoing vendu".

Alors combien rapporte concrètement à Nicolas Hulot cette gamme de produits de toilette ? D'après sa déclaration d'intérêts publiée en février 2018, ce dernier a touché entre 176 000 et 338 000 euros par an entre 2011 et 2016 en tant que gérant d'Eole Conseils. Un joli pécule qui ne dit pour autant pas combien lui rapportent exactement les gels douche et shampoings Ushuaïa, puisque, comme le précise Libération, cette somme comprend également "les droits d'auteur tirés de ses ouvrages".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.