Michel Leeb revient sur ses sketchs accusés de racisme : "J'ai arrêté tout ça"

Michel Leeb revient sur ses sketchs accusés de racisme : "J'ai arrêté tout ça"
Michel Leeb lors de son One Man Show "Michel Leeb - 40 Ans" au Casino de Paris, le 14 décembre 2017.

S'il a longtemps rencontré le succès avec ses innombrables sketchs, Michel Leeb a également connu des périodes médiatiques plus compliquées... Accusé de racisme, l'humoriste s'est retrouvé au coeur de vives polémiques pendant plusieurs mois. Invité sur les ondes de RTL le samedi 27 novembre 2021, il est revenu sur ses fameux sketchs et a fait part d'une décision importante.

Même si ces sketchs ont fait sa célébrité, Michel Leeb préfère y renoncer définitivement. Accusé de racisme en raison des différents accents qu'il arborait régulièrement dans ses spectacles, l'humoriste de 74 ans a choisi de tourner radicalement la page. "Ce serait très mal vu et très malvenu aujourd'hui. Si c'est pour se prendre un bâton, se le mettre sur la tête, c'est pareil. Donc moi, j'ai pas du tout envie d'aller dans cette direction-là, c'est-à-dire de me faire en plus aligner là-dessus. Je n'ai pas envie de ça. (...) Je n'ai pas envie d'avoir des courriers de menaces de mort, parce que ça se passe comme ça maintenant, il faut faire très attention. Donc j'ai arrêté tout ça", a-t-il expliqué dans l'émission On refait de la télé sur RTL.

"Je n'y voyais aucun mal et aucune incitation à la haine"

Loin d'avoir cherché à blesser les diverses communautés, celui qui se dit "claustrophobe et hypocondriaque" explique avoir beaucoup souffert de ces accusations. "Ça m'a fait de la peine, évidemment, parce que moi je n'y voyais aucune forme de racisme, jamais ! Et puis il faut bien que vous sachiez qu'à une époque, on était invité dans les émissions, que ce soit chez Drucker ou ailleurs, pour faire les accents ! Une chose m'est revenue en mémoire il n'y a pas longtemps c'est qu'on m'invitait à 20h le 31 décembre pour dire 'bonne année' dans toutes les langues et avec tous les accents possibles. Aujourd'hui ce n'est plus possible du tout", a-t-il expliqué avant de conclure : "Je comprends très bien que ça ait pu blesser certains. Mais au départ, j'y suis allé en parfaite bonne foi et sans aucune arrière-pensée, je n'y voyais aucun mal et aucune incitation à la haine, quelle qu'elle soit", a-t-il assuré.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.