Madonna en colère : pourquoi elle a poussé un coup de gueule sur Instagram

Madonna en colère : pourquoi elle a poussé un coup de gueule sur Instagram
Madonna lors de la première du documentaire "The Beatles: Eight Days A Week" à Londres, le 15 septembre 2016.

Habituée des scandales et des coups de gueule, Madonna est de nouveau montée au créneau via son compte Instagram, le 25 novembre 2021. La raison ? Le réseau social a décidé de censurer son dernier post. Une décision inadmissible selon la chanteuse américaine.

Il y a quelques jours, Madonna a posté sur son compte Instagram un diaporama de photos sur lesquelles elle s'affiche en petite tenue et dans des positions suggestives. Un post immédiatement supprimé par le réseau social qui ne tolère pas le moindre écart. Mais le 25 novembre 2021, la chanteuse s'est empressée de publier à nouveaux ces clichés tout en poussant un coup de gueule en légende. "Je reposte les photos qu'Instagram a supprimées sans prévenir ni envoyer de notification... La raison qu'ils ont donné à mon équipe de management, qui ne s'occupe pas de mon compte, était qu'un petit bout de mon téton était apparent", a-t-elle écrit visiblement scandalisée.

Une censure injuste

Dépassée par la situation, celle qui a récemment créé une émeute dans Harlem affirme avoir du mal à comprendre cette politique de censure qu'elle trouve particulièrement injuste et illogique. "Pour moi, c'est toujours aussi étonnant que nous vivions dans une culture qui permet de montrer n'importe quel millimètre du corps d'une femme mais pas son téton. Comme si c'était la seule partie de l'anatomie féminine qui pouvait être sexualisée. Le téton qui nourrit le bébé !", a-t-elle continué avant de conclure : "Est-ce que le téton d'un homme ne peut pas être vu comme érotique ? Et qu'en est-il des fesses des femmes qui ne sont jamais censurées nulle part ? Je me félicite d'avoir réussi à rester saine d'esprit à travers quatre décennies de censure... de sexisme... d'âgisme et de misogynie !"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.