Lucie Lucas raconte les violences conjugales qu'elle a subies

Lucie Lucas raconte les violences conjugales qu'elle a subies
Lucie Lucas lors de la conférence de presse du festival de Luchon 2020 au campus Eiffel INSEEC à Paris, le 08 janvier 2020.

Actrice renommée, Lucie Lucas est connue non seulement pour son rôle principal dans la série "Clem" mais aussi pour ses prises de position tenaces concernant de nombreux sujets de société. Hormis l'écologie et la protection des animaux, la jeune femme est également engagée contre les violences conjugales, calvaire qu'elle a elle-même vécu, à l'âge de 16 ans seulement...

Si elle apparaît toujours très souriante, Lucie Lucas n'a pourtant pas toujours vécu sa vie en rose. Après avoir révélé avoir été violée il y a quelques années, l'actrice s'est emparée de son compte Instagram vendredi 30 juillet 2021 pour évoquer les violences conjugales qu'elle a pu subir dans sa jeunesse. Prisonnière "d'une histoire destructrice" comme elle le raconte, la comédienne a mis des années à se sortir de cet enfer. "Je savais que ma relation de couple n'était pas 'normale'. Mes copines et mes parents me le disaient... Mais personne, ni moi, ni eux, ni lui, ne réalisions à quel point les violences étaient diverses et fréquentes dans notre couple. Et à quel point elles étaient inacceptables", explique-t-elle en légende d'une vidéo du média Brut.

"Je me sentais démunie, incroyablement seule..."

Trop jeune pour comprendre réellement la gravité de la situation, Lucie Lucas s'est accrochée à cette histoire d'amour pendant cinq longues années. "Moi je l'aimais et je pensais qu'il fallait rester coûte que coûte, par respect pour cette première fois que nous avions vécue ensemble. Je me sentais démunie, incroyablement seule...", témoigne-t-elle avec émotion. Heureusement, aujourd'hui, la jeune femme a retrouvé l'amour, est maman de trois enfants et vit paisiblement dans une ferme écologique en Bretagne. De plus, son ancien petit ami toxique a, depuis, eu le courage de s'excuser pour ses actes. "J'ai eu la chance qu'il me demande pardon. (...) Je me souviendrai toujours de ce moment auquel je ne m'attendais pas du tout et qui m'a profondément touchée et apaisée. On ne devrait jamais vivre dans la peur ! Pas seulement la peur des coups, mais aussi celle de la tyrannie émotionnelle !", conclut-elle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.