Linda Hardy, sa liberté sexuelle depuis la préménopause : "Ça peut aussi être sympa !"

Linda Hardy, sa liberté sexuelle depuis la préménopause : "Ça peut aussi être sympa !"Linda Hardy - Photocall de la cérémonie d'ouverture du Festival Series Mania à Lille. © BestImage

, publié le 19 octobre 2022

Reine de beauté, comédienne, autrice... Linda Hardy joue sur tous les fronts et excelle dans chacun de ses projets. Elle est d'ailleurs l'une des seules célébrités françaises à oser parler de la préménopause sans aucun tabou.

Les tabous liés au temps qui passe ? Elle n'en a aucun ! En mai 2021, Linda Hardy avait carrément sorti un guide bien-être intitulé Heureuse et en forme, dans lequel elle révélait trucs et astuces pour que chacun puisse appréhender son âge sans aucun complexe. C'est pourquoi elle a été parfaitement à l'aise à l'idée de répondre aux questions du magazine Gala, à propos de la préménopause, et à l'idée, surtout, d'évoquer sa sexualité depuis qu'elle a traversé cette phase.

Ne plus avoir ses règles, ça peut aussi être sympa !
La préménopause est une phase intermédiaire durant laquelle les règles peuvent encore surgir. Elle commence par des bouffées de chaleur épisodiques et touche globalement 60% des femmes - soit environ 12 millions de femmes en France. Pour autant, elle ne comporte pas que des mauvais côtés. "D'un point de vue sexuel, vous avez quand même une espèce de liberté, à moins d'être très mal dans sa peau, explique Linda Hardy sans filtre. Une façon aussi d'aborder la sexualité qui n'est pas du tout la même qu'à vingt ans. Ne plus avoir ses règles, ça peut aussi être sympa !"

Evidemment, j'ai perçu et ressenti un certain inconfort
Si elle accepte de parler de sa sexualité sans problème, Linda Hardy a un peu plus de mal à en faire autant avec sa vie sentimentale. On sait que la comédienne est restée en bons termes avec son ancien compagnon, marchand d'art et père de son fils Andréa... mais pas plus ! Pourtant, l'ancienne Miss France 1992 considère cette préménopause comme le début d'une nouvelle ère, une sorte de renouveau. "Evidemment, j'ai perçu et ressenti un certain inconfort, admet-elle. J'ai senti que les choses n'étaient pas tout à fait comme avant, mais le premier réflexe que j'ai eu, ça a été de me dire : 'Ok, donc quand on est dans cette phase de vie-là, comment est-ce qu'on devient acteur de sa santé pour ne pas subir ?' J'ai pour habitude de dire que cette période ne doit pas se subir, elle doit se vivre..."

Retrouvez l'interview intégrale de Linda Hardy sur le .

Vos réactions doivent respecter nos CGU.