Le prince William raconte son moment de gêne avec Taylor Swift et Jon Bon Jovi

Le prince William raconte son moment de gêne avec Taylor Swift et Jon Bon Jovi
Le prince William chante avec Taylor Swift et Jon Bon Jovi lors du dîner de gala de Centrepoint au Kensington Palace à Londres, le 26 novembre 2013.

Dimanche 5 décembre 2021, le prince William était invité dans un épisode du podcast Time to Walk. L'occasion pour lui de partager une anecdote amusante qui remonte à novembre 2013, lors d'un gala de collecte de fonds organisé à Londres pour l'association Centrepoint.

"Je n'arrive pas à croire que je suis en train de raconter cette histoire", a déclaré le prince William avant de poursuivre : "Je me suis rendu à un gala de charité pour Centrepoint. Jon Bon Jovi et Taylor Swift sont à l'événement, ce qui m'a presque fait tomber à la renverse."

"Je ne comprends pas pourquoi j'ai cédé"

Alors qu'il était prêt à dîner et qu'il profitait d'une prestation de Jon Bon Jovi, la soirée a pris une tournure à laquelle il ne s'attendait pas. "Je suis assis à côté de Taylor Swift. Elle est à ma gauche. Après que Jon a interprété sa première chanson, il y a une pause, et elle se tourne vers moi. Elle pose sa main sur mon bras, me regarde dans les yeux et me dit : 'Allez, William. Allons chanter', a rapporté l'époux de Kate Middleton. À ce jour, je ne sais toujours pas ce qui m'a pris. Honnêtement, même maintenant, je ne comprends pas pourquoi j'ai cédé. Mais, franchement, si Taylor Swift vous regarde dans les yeux, vous touche le bras et dit 'Viens avec moi'... Je me suis levé comme un chiot et j'ai répondu : 'Ouais, ok, ça semble être une super idée. Je vais te suivre.'"

C'est seulement sur scène, au beau milieu de la chanson, que le prince William a réalisé ce qu'il faisait. "Suis-je sur scène en train de chanter alors que je ne connais pas les paroles ?", s'est-il dit. Malgré tout, il préfère aujourd'hui rire de cette situation. "C'est bien de ne pas se prendre trop au sérieux et d'avoir ces moments où on se laisse aller", a-t-il souligné.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.