La mise au point du prince Albert : "Charlene n'a pas quitté Monaco fâchée"

La mise au point du prince Albert : "Charlene n'a pas quitté Monaco fâchée"
Le prince Albert II de Monaco et la princesse Charlene arrivent au dîner d'État à l'occasion de la cérémonie internationale du centenaire de l'armistice de 1918 au Musée d'Orsay à Paris, le 10 novembre 2018.

Alors que Charlene de Monaco est coincée en Afrique du Sud depuis le mois de février, son époux le prince Albert, dans une interview donnée au magazine américain People le 8 septembre 2021, s'est insurgé contre les rumeurs concernant leur potentielle séparation.

Souffrant d'une infection de la sphère ORL qui l'empêche de rejoindre le Rocher, Charlene de Monaco est à des milliers de kilomètres de sa famille depuis de longs mois. Elle a ainsi raté les festivités liées à ses dix ans de mariage avec le prince Albert, ou encore la rentrée de ses jumeaux Jacques et Gabriella. Une absence qui a rapidement fait naître des rumeurs de dispute ou de futur divorce. Pourtant, outre cet éloignement, tout va bien pour le couple princier !

"Une mauvaise lecture des événements est toujours préjudiciable"

"Elle n'a pas quitté Monaco fâchée. Elle n'est pas partie parce qu'elle était en colère contre moi ou quiconque. Elle s'est rendue en Afrique du Sud pour réévaluer le travail qu'y accomplit sa Fondation et pour prendre quelques jours de vacances auprès de son frère et de ses amis", a ainsi tenu à faire savoir le prince Albert, dans une interview donnée à People. "Ce voyage ne devait à l'origine durer qu'une semaine, dix jours maximum. Et si elle y est toujours aujourd'hui, c'est parce qu'elle a eu cette infection qui a provoqué de nombreuses complications médicales", a-t-il martelé.

Après cette mise au point, le prince Albert a indiqué que son couple était affecté par ces rumeurs de séparation. "Bien sûr que cela l'affecte (Charlene, ndlr), bien sûr que cela m'affecte. Une mauvaise lecture des événements est toujours préjudiciable. Nous sommes une cible facile, facilement touchée, car nous sommes surexposés médiatiquement", a-t-il confié.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.