Josiane Balasko : ce qui l'agace chez son mari

Josiane Balasko : ce qui l'agace chez son mari
Josiane Balasko au photocall du film "Tralala" lors du 74e Festival de Cannes, le 14 juillet 2021.

Bien qu'elle partage la vie de son compagnon depuis plus de 20 ans, Josiane Balasko s'est confiée dans le numéro du magazine Pep's d'août 2021, au sujet d'un détail qui l'agace chez lui. L'actrice de 71 ans dévoile que le problème est numérique.

L'année de son divorce avec le regretté Philippe Berry, père de sa fille Marilou Berry, Josiane Balasko fait la rencontre de George Aguilar. Les deux tombent amoureux sur le plateau de tournage du film "Le Fils du Français" en 1999 et se marient en 2003 au Texas. Depuis, la comédienne de la bande du Splendid vit de beaux jours auprès de son Amérindien. Cette année, l'actrice récompensée à trois reprises aux César est à l'affiche de deux films. Le premier, "Un tour chez ma fille" est sorti en juin 2021 et le second, "Tralala", un film musical projeté à Cannes en juillet, est prévu pour le 6 octobre 2021 avec Mathieu Amalric, Mélanie Thierry et Maïwenn au casting. Assurant la promotion de son actualité, Josiane Balasko a accordé une interview au magazine Pep's au sein de son édition d'août 2021 ; un entretien au cours duquel la comédienne s'est livrée au sujet de son mari.

"Je n'apprécie pas trop"

Interrogée à propos de George Aguilar, celle qui interprète Nathalie dans "Les Bronzés" a révélé quel détail l'embêtait chez son mari : "Lorsque le portable sonne quand on dort. Mon mari est Américain et parfois sa famille et ses amis oublient le décalage. Cela ne me met pas dans une humeur de chien, mais je n'apprécie pas trop..." Rien de bien grave donc, surtout que l'actrice dévoilait à Voici en 2019 le secret de la réussite de son couple : "C'est savoir accepter l'autre comme il est, ne pas essayer de le changer. En même temps, le mien est beau et très gentil donc c'est plus facile." Des déclarations d'autant plus belles après deux décennies de mariage.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.