Jean-Paul Rouve : cette belle surprise qu'il a réservée à son père

Jean-Paul Rouve : cette belle surprise qu'il a réservée à son père
Jean-Paul Rouve lors de la conférence de presse du Telethon à Paris, le 4 novembre 2019.

Dans un article du Parisien daté du 1er octobre 2021, Jean-Paul Rouve a expliqué avoir organisé une exposition dans une galerie parisienne avec de vieilles photos prises par son père, sans le prévenir au préalable. Un bel hommage et une sacrée surprise pour l'intéressé.

"À Noël, j'ai demandé à ma mère quoi offrir à mon père. Elle m'a dit : Une visionneuse pour ses diapos. Première nouvelle. Elle m'en a montré un carton plein. Certaines images étaient très belles. Il a un oeil", explique en préambule Jean-Paul Rouve. Séduit par les photographies prises par son père, Marcel, dans les années 1960, l'acteur décide alors de les faire développer et d'organiser en secret une exposition, visible du 2 au 13 octobre à la galerie Ground Effect, à Paris.

"Tu sens la vie sur ses images"

Sur les photographies de Marcel Rouve, on retrouve ainsi la France des trente glorieuses alors que s'affichent des souvenirs de vacances, des clichés de son épouse, ou encore de multiples facettes de la ville de Dunkerque. Issu d'un milieu ouvrier, Jean-Paul Rouve dit voir dans le talent artistique évident de son père les potentielles prémices de sa propre carrière : "Pourquoi j'ai fait des films comme réalisateur ? Est-ce que j'ai développé son talent ou son don inconscient ? Qu'est-ce qui vient de moi, de lui ? C'était difficile de quitter Dunkerque, de venir faire l'acteur à Paris, ce n'est pas la même chose quand on vient d'où je viens. (...) Mes parents m'ont toujours soutenu. Ils avaient envie que j'essaie, au moins."

C'est le 2 octobre dernier, lors du vernissage, que Marcel Rouve a découvert la belle surprise orchestrée par son fils. Pour sa part, Jean-Paul Rouve compte bien, pour sa part, continuer à faire vivre les images de son père, il a d'ailleurs déjà une idée : "J'en ai aussi découvert de la guerre d'Algérie, où il a été envoyé trois ans. On dirait un reportage sur la vie quotidienne. Il est juste, tu sens la vie sur ses images. J'aimerais aussi leur consacrer une exposition."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.