Jean Dujardin se souvient du lendemain des attentats du 13 novembre

Jean Dujardin se souvient du lendemain des attentats du 13 novembre
Jean Dujardin lors du photocall du film "Novembre" à l'occasion du 75e Festival de Cannes, le 23 mai 2022.

Depuis le 17 mai 2022, le Festival de Cannes bat son plein. Présent sur la Croisette pour défendre le film "Novembre" dans lequel il occupe l'un des rôles principaux, Jean Dujardin a profité d'une interview auprès de Brut, ce mardi 24 mai 2022, pour revenir sur les sinistres attentats qui ont meurtri la France en novembre 2015.

Tout le monde se souvient où il était le soir des tragiques attentats du 13 novembre 2015. C'est aussi le cas de Jean Dujardin, qui passait un bon moment en compagnie d'amis proches. "J'étais au Festival de Beaune, avec Claude Lelouch. Nous étions à table, on passait un joli moment... et puis une information est arrivée sur mon portable. Et là c'est devenu un cauchemar. On a dit aux gens 'excusez-nous', on a arrêté la soirée et nous sommes rentrés à Paris la nuit", s'est-il souvenu, la mine grave, au micro de Brut.

"C'est d'une violence inouïe"

Lorsqu'il se réveille le lendemain matin, l'acteur emmène son fils sur les lieux du drame afin de se recueillir. "J'habitais pas loin du Bataclan et le lendemain matin, j'y suis allé avec mes enfants. Mon fils m'a dit très justement : 'Papa, on se sent impuissants.' Et je lui ai dit : 'effectivement, c'est exactement ça'", s'est-il souvenu ensuite avant de décrire les scènes surréalistes qu'offraient alors les rues de la capitale. "On était hagards, dans un Paris silencieux, avec des gens qui étaient assis dans les rues, à pleurer, à se recueillir, en se disant : 'il n'y a pas d'issue'. On ne savait absolument pas qu'on sortirait... Parce que la vie, évidemment, elle continue, pour certains en tout cas. Pour d'autres... c'est d'une violence inouïe et ça continue encore. Je me souviens de cette grande fragilité que j'ai ressentie", a-t-il conclu avec émotion.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.