"Je l'ai vraiment regretté" : Camille Lacourt, sa fille Jazz blessée par le cancer de sa belle-mère Alice (EXCLU)

"Je l'ai vraiment regretté" : Camille Lacourt, sa fille Jazz blessée par le cancer de sa belle-mère Alice (EXCLU)Camille Lacourt et sa compagne Alice Detollenaere. © DR

, publié le 25 octobre 2022

Alice Detollenaere a affronté le cancer en subissant deux mastectomies. Cette bataille, elle en a parlé comme elle l'a pu à sa belle-fille, Jazz, et à son très jeune fils Marius.

Alice Detollenaere collabore, à l'occasion du mois d'Octobre rose, qui lance un tailleur aux couleurs de rigueur. Les bénéfices des ventes, qui s'étendront encore un peu en novembre 2022, seront reversés à la ligue contre le cancer, pour la recherche du cancer du sein. Un détail d'une importance capitale pour la jeune compagne de Camille Lacourt, qui a elle-même été victime de ce mal terrible... et qui est parvenue à le battre à plate couture.

Elle a d'abord subi une première mastectomie, puis est tombée enceinte de son premier enfant, un petit garçon baptisé Marius, né le 1er juin 2021. "Il a quand même été impacté par mon combat parce que j'ai fait l'opération préventive de mon sein droite, dans le cadre de la mutation génétique, quand il avait 8 mois. Donc je n'ai pas pu le porter pendant des semaines", rappelle-t-elle à Purepeople. Et effectivement, face aux avis des spécialistes, elle avait opté, par précaution, pour l'enlèvement chirurgical de son deuxième sein.

La communication avec ses enfants, dans un tel cadre, est forcément délicate. D'autant plus pour Alice Detollenaere, qui est la belle-maman de Jazz, la fille que Camille Lacourt a eu, en 2012, avec Valérie Bègue. "J'ai vraiment voulu l'épargner, parce qu'elle était petite quand c'est arrivé, elle avait 8 ans, se souvient-elle. Je n'ai pas utilisé les mots, je n'en ai pas vraiment parlé. Et puis c'est avec le temps, une fois que c'était passé, que j'allais mieux, que j'ai pu en parler... j'ai compris qu'elle avait peut-être été un peu blessée que je l'écarte du sujet. Je l'ai vraiment regretté et je me suis vraiment excusée auprès d'elle. Je lui ai dit que j'avais eu peur de lui faire de la peine."

Parler ou se taire ? Alice Detollenaere préconise la première option. Selon l'âge de l'enfant, bien sûr, en prenant moult précautions et en choisissant des mots un brin édulcoré. "Les enfants sont vachement plus solides que ce qu'on pense, assure-t-elle. On a pas envie de soutenir la tristesse dans leur regard, mais c'est un peu une fuite finalement..."

Propos recueillis par Yohann Turi. Toute reproduction interdite sans la mention de Purepeople.com.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.