Jamel Debbouze évoque sa peur des huissiers liée à son enfance

Jamel Debbouze évoque sa peur des huissiers liée à son enfance
Jamel Debbouze lors de la diffusion du film "Les Misérables au 72e Festival de Cannes, le 15 mai 2019.

Être riche et célèbre n'empêche pas de vaincre ses terreurs d'enfance et ce n'est pas Jamel Debbouze qui va prétendre le contraire. Invité dans Les Grands Entretiens le dimanche 23 janvier 2022, l'humoriste a évoqué son enfance ainsi que les traumatismes qui en ont découlé.

C'est une phobie peu commune mais pourtant bien ancrée... Né dans une famille qui disposait de peu de moyens, Jamel Debbouze a connu la pauvreté et a vu défiler bon nombre d'huissiers à son domicile lorsqu'il n'était encore qu'un enfant. Si aujourd'hui cette peur n'a plus lieu d'être grâce à sa carrière très prolifique, le compagnon de Mélissa Theuriau continue pourtant de nourrir une inquiétude très prononcée qu'il aime surnommer "le syndrome de l'huissier". "C'est parce qu'on n'avait pas de moyens et qu'on avait peur. À un moment, l'huissier venait tous les jours chez moi. Je croyais que c'était mon oncle, moi !", a-t-il ironisé face à l'animatrice Daphné Roulier.

"Toute ma vie j'aurai peur"

S'il ne peut s'empêcher de faire un peu d'humour, celui qui a perdu l'usage de son bras dans un terrible accident assure être réellement traumatisé. À 46 ans et malgré la sécurité qu'offre sa célébrité, il affirme qu'il portera cette étrange phobie tout au long de sa vie. "Le syndrome de l'huissier ? Je l'aurai toute ma vie. J'ai toujours peur qu'on frappe à ma porte et qu'on me dise : 'Désolé, on s'est trompé (...) et ouais mon pote, tu sors de là !' Toute ma vie j'aurai peur qu'il y ait un mec en costard qui arrive avec deux gardes du corps ou deux policiers et qui me dise : 'Il faut tout rendre, là'. J'ai souvent eu ça !", a-t-il conclu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.