"J'ai eu tous les os du visage cassés" : Sandrine Bonnaire raconte le calvaire que lui a fait subir un ex

"J'ai eu tous les os du visage cassés" : Sandrine Bonnaire raconte le calvaire que lui a fait subir un exSandrine Bonnaire au photocall de "Les Combattantes" lors du Festival de la Fiction TV de la Rochelle. © Christophe Aubert via Bestimage © BestImage, Christophe Aubert

, publié le 10 octobre 2022

Sandrine Bonnaire, à retrouver ce soir dans la série "Les Combattantes" sur TF1, racontait en novembre 2019 au micro de "Quotidien" avoir été victime de violences conjugales par le passé.

Fin novembre 2019, Sandrine Bonnaire - qui est à retrouver ce soir dans la série Les Combattantes sur TF1 - manifestait dans les rues de Paris avec des dizaines de milliers de personnes pour dire stop aux féminicides ainsi qu'aux violences sexistes et sexuelles. Une apparition qui avait étonné un grand nombre d'observateurs, avant qu'elle n'explique pendant l'événement au micro de Quotidien qu'elle avait subi des violences conjugales "il y a vingt ans", de la part d'un homme avec qui elle a partagé sa vie pendant quatre ans.

"J'ai eu tous les os du visage cassés. Ce n'était pas quelqu'un de violent. Je n'ai pas subi de violences à répétition. C'est quelqu'un qui a pété les plombs, qui m'a 'strangulée' contre un mur. J'ai essayé de me défendre, j'ai levé les bras et je suis tombée dans les pommes. Et je me suis retrouvée deux mètres plus loin avec le visage complètement de travers avec la langue en lambeaux comme des tissus qu'on découpe avec huit dents de cassées et je me suis réveillée, j'ai craché plein de morceaux de dents, du sang. Il était encore là, il m'a amené une serviette éponge. La serviette éponge s'est remplie de sang", a-t-elle raconté.

Deux ans de sursis seulement l'agresseur

Un récit glaçant. Si elle n'a pas porté plainte, c'est parce que, une fois réveillée et soucieuse de savoir ce qui s'était passé, son agresseur lui a assuré qu'elle était tombée. Il a aura finalement fallu que son médecin lui dise qu'elle a reçu un coup avant qu'elle ne porte plainte. "La personne en question a pris deux ans de sursis seulement avec une condamnation financière importante parce qu'il a quand même fallu que je mette 35 000 euros dans mes soins dentaires plus 20 000 euros parce que j'étais suivie par une psychologue parce que j'étais très traumatisée", a-t-elle ajouté, avant de préciser qu'elle ne s'est pas rendue à cette manifestation pour son histoire mais pour "encourager ces autres femmes qui n'ont pas la parole".

À noter que d'autres personnalités du grand écran comme Laetitia Casta, Alexandra Lam, Muriel Robin ou encore Adèle Haenel étaient également présentes sur place.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.