Françoise Nyssen après le suicide de son fils : le bonheur "est difficile"

Françoise Nyssen après le suicide de son fils : le bonheur "est difficile"
Françoise Nyssen à la sortie du conseil des ministres à l'Elysée à Paris, le 20 avril 2018.

La ministre de la Culture a perdu son garçon de dix-huit ans, Antoine, en 2012. En interview dans le Journal du dimanche, elle est revenue sur ce drame qui a bouleversé sa vie.

Françoise Nyssen a rejoint Emmanuel Macron au sein du gouvernement d'Édouard Philippe après son élection en 2017. La discrète éditrice littéraire de la maison Acte Sud s'est livrée avec beaucoup de pudeur lors d'un entretien au JDD à la mi-avril. En plus de la politique, elle évoque notamment son fils, atteint de dyslexie et de dyspraxie, qui a mis fin à ses jours à 18 ans. "La question du bonheur est difficile pour moi, et en même temps il me donne de la force", confie-t-elle, alors que trône au-dessus de la cheminée de son bureau, une photo d'Antoine.

Son fils l'aide à avancer

Cette épreuve terrible lui a, selon un ami proche, donné "une force de cheval", et lui a appris à relativiser sur le reste comme elle le confie : "À la fin de la journée, je vais retrouver un lit, et le matin je prends une douche. Ce n'est pas le cas de tout le monde sur terre. J'y pense souvent." En 2017, elle confiait déjà à L'Obs : "C'est grâce à lui que nous avons l'éner­­gie d'avan­­cer. C'est grâce à lui que je suis ici. Antoine m'emmène là où je n'aurais jamais imaginé pouvoir aller."

Après le décès de ce dernier, l'éditrice de 66 ans a fondé avec son mari l'École Domaine du Possible, en 2014 à Arles. L'établissement vient en aide aux enfants précoces pour leur donner une éducation adaptée à leurs besoins, de la maternelle au lycée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.